Grippe : une campagne de vaccination sous le signe de la défiance

[13 octobre 2015 - 13h56] [mis à jour le 13 octobre 2015 à 16h55]

Ce lundi 12 octobre a débuté la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière. Cette dernière intervient dans un contexte de remise en question constante de l’intérêt vaccinal. Même si, selon les spécialistes, l’épidémie 2015/2016 devrait être moins sévère que la précédente, cela ne doit pas empêcher les populations à risque de se faire immuniser.

Chaque année la grippe saisonnière touche de 3% à 8% de la population française. Les plus de 65 ans représentent 5% à 11% des cas mais paient le plus lourd tribut, avec la quasi-totalité (90%) des 1 500 à 2 000 décès annuels liés à la grippe. Pour la saison 2014/2015, l’épidémie fut particulièrement violente, à l’origine d’une surmortalité hivernale record de…18 300 décès en France.

Plusieurs raisons à cela. L’une d’entre elles repose sur l’efficacité même du vaccin. D’après un travail mené par les Centers for Disease Control (CDC) d’Atlanta en début d’année 2015, elle ne s’élevait qu’à 23% ! En réalité les souches circulantes différaient de celles incluses dans le vaccin. Et ce en raison d’une mutation du virus A/H3N2.

Quel scénario pour cette année ?

Ce matin, sur les ondes de nos confrères de France Info, le Pr Bruno Lina, directeur du Centre national de référence de la grippe à Lyon, s’est voulu rassurant. « Les virus influenza qui ont été détectés de façon très précoce en Europe sont tous strictement identiques à ceux présents dans le vaccin (sic). La fin de l’épidémie dans l’Hémisphère sud donne les mêmes renseignements ». La composition vaccinale semble en outre parfaitement adaptée aux virus circulants.

Se protéger et protéger les autres

C’est dans ce contexte bien particulier que débute la campagne de vaccination 2015/2016. Selon les résultats du baromètre PHR/IFOP, seuls 3 Français sur 10 prévoient de passer par la case vaccin cet hiver. L’Assurance-maladie rappelle qu’il s’agit pourtant « du moyen le plus efficace pour vous protéger et protéger votre entourage. » Et le Haut Conseil de la Santé Publique le recommande plus spécifiquement aux populations à risque (pour qui c’est gratuit). A savoir :

  • Les plus de 65 ans ;
  • Les personnes atteintes de certaines maladies chroniques ;
  • Les femmes enceintes ;
  • Les sujets souffrant d’obésité morbide avec un indice de masse corporelle (IMC) égal ou supérieur à 40kg/m2.

Concrètement, il est recommandé de se faire immuniser chaque année au début de l’automne, avant la circulation active des virus grippaux. Il faut compter environ 15 jours entre l’injection et une protection effective.

Partager cet article