La grossesse impacte naturellement votre corps et induit parfois des désagréments. Parmi lesquels des troubles génitaux et urinaires pas toujours connus. Si la plupart sont passagers et bénins, il convient de les prendre en charge. Voici quelques conseils pour les soulager.

Tout au long de la grossesse, votre organisme fait le yoyo en matière de production hormonale. Ce qui explique une bonne partie des problèmes physiques rencontrés au cours de ces 9 mois. En particulier en ce qui concerne les troubles génitaux et urinaires.

Des pertes blanches ?

Les pertes blanches sont peu évoquées et pourtant il est tout à fait naturel d’observer « une congestion des muqueuses de la vulve, qui est plus volumineuse et hypersensible avec parfois, des démangeaisons », expliquent les auteurs du Grand livre de ma grossesse, le guide officiel du Collège national des gynécologues et obstétriciens. Les sécrétions vaginales sont également plus importantes. « Ces modifications physiologiques sont liées à l’élévation des taux d’hormones (œstrogènes et progestérone) », précisent-ils.

Afin de mieux les supporter, « faites votre toilette intime avec des savons alcalins et doux (à la glycérine) », suggèrent les auteurs. « Si les démangeaisons sont importantes et les pertes colorées et/ou malodorantes, consultez pour rechercher une mycose nécessitant un traitement spécifique. »

Les douleurs des seins

Les hormones augmentent naturellement le volume mammaire au cours de la grossesse. Vos seins seront aussi plus sensibles. « C’est un bon signe de grossesse », rassurent les auteurs. Toutefois, « si cela devient trop gênant, prenez une douche et massez-les sous l’eau, puis avec une crème hydratante ». Si malgré cela, la douleur persiste, « on pourra conseiller de prendre un peu de paracétamol ». 

Souvent envie de faire pipi ?

Le dernier trouble lié à la grossesse est plus connu. Il s’agit de l’envie fréquente d’uriner. Là aussi rien de plus normal puisque « l’utérus grossit et appuie sur la vessie ». Alors que « celle-ci se remplit, la pression de l’utérus l’empêche de se dilater. Pas étonnant que l’envie d’uriner arrive rapidement ! »

Si cette envie fréquente s’accompagne « de brûlures en revanche, ou si vos urines vous paraissent troubles ou distillent une drôle d’odeur, consultez votre sage-femme ou votre médecin ». Objectif, s’assurer qu’il n’y a pas d’infection urinaire. « C’est très important car celle-ci peut être une cause d’accouchement prématuré si on ne la traite pas », concluent les auteurs.

Partager cet article