Ce jeudi est marqué par les festivités autour d’Halloween, une période qui fait la part belle aux citrouilles et autres potirons. L’occasion pour l’Anses de rappeler que toutes les courges ne sont pas comestibles.

Certaines courges sont toxiques ! « Elles contiennent des cucurbitacines », explique l’Agence nationale de Sécurité sanitaire (Anses). « Ces substances très irritantes et amères peuvent être responsables rapidement après l’ingestion de douleurs digestives, de nausées, de vomissements, d’une diarrhée parfois sanglante, voire de déshydratation sévère nécessitant une hospitalisation. »

C’est le cas des courges ornementales comme les coloquintes. Elles sont donc réservées à un usage strictement décoratif. Problème, elles sont parfois vendues au rayon fruits et légumes. « C’est le cas également de certaines courges alimentaires cultivées dans le potager familial, qui deviennent impropres à la consommation à la suite d’hybridations sauvages. Ce phénomène se produit lorsque cohabitent des variétés amères et des variétés comestibles, dans un même potager ou dans des potagers voisins. Attention ! Les courges non comestibles qui résultent de cette hybridation ont strictement la même apparence que les courges comestibles, mais ont par contre un goût amer, contrairement aux courges comestibles qui ont un goût neutre ou légèrement sucré. »

Evitez l’empoisonnement

Entre 2012 et 2016, ce sont 353 intoxications qui ont été enregistrées par les Centres antipoison en France. Pour ne pas être intoxiqué :

  • Ne consommez pas les courges ornementales. Pour cela, au moment de l’achat, vérifiez l’étiquette ou demandez conseil aux vendeurs sur les lieux de vente ;
  • Goûtez un petit morceau de courge crue et si le goût est amer, recrachez-le et jetez la courge : elle ne doit pas être consommée, même cuite ;
  • Ne consommez pas de courges « sauvages » qui ont poussé spontanément. Ne récupérez pas non plus les graines des récoltes précédentes pour les ressemer. Achetez de nouvelles graines à chaque nouvelle semence dans le potager.

A noter : En cas d’autres signes d’intoxication (troubles digestifs…) appelez le centre antipoison ou consultez un médecin.

Partager cet article