Handicap : le monde est inégal…

[10 juin 2011 - 09h20] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h46]

Pour la première fois, un rapport fait le point sur la prise en charge des handicaps dans une perspective mondiale. L’idée s’imposait, car aujourd’hui plus d’un milliard de personnes dans le monde seraient attentes d’une forme de handicap. Les conclusions de ce document publié par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et la Banque mondiale, sont sans appel mais aussi hélas, sans surprise. Pour les rapporteurs, tous les gouvernements sans exclusivité doivent intensifier leurs efforts pour améliorer l’accès de tous à tous les services.

Près d’un handicapé sur cinq dans le monde, se heurterait à des difficultés au quotidien. Ce qui représente entre 110 à 190 millions de personnes, selon les sources. Elles sont en butte notamment, à l’« ostracisme, à la discrimination, ou à des difficultés de tous ordres dans l’accès aux services de santé et de réadaptation. (…) Le manque d’accès aux moyens de transport, aux bâtiments et aux technologies de l’information et de la communication » figurent également au nombre des épreuves qui jalonnent leur quotidien. Résultat, les handicapés « sont en moins bonne santé, réussissent moins bien dans leurs études, ont moins de possibilités d’emploi et ont un taux de pauvreté plus élevé que les valides », constatent les rapporteurs.

Les pays à faible revenu sont particulièrement touchés par ces problèmes. Les handicapés y ont « 50% de risques supplémentaires d’être confrontés à des dépenses de santé catastrophiques. Les enfants y sont moins susceptibles d’aller à l’école ». Les pays développés aussi, souffrent d’un manque de volonté politique. Le taux d’emploi des handicapés (44%) y est pratiquement inférieur de moitié à celui des valides (75%).

Heureusement, certaines initiatives sont encourageantes. Par exemple, « au Mozambique et en Tanzanie, des ateliers de formation comportant des informations en braille et en langage des signes informent les jeunes handicapés sur le VIH/SIDA ».

« Le handicap fait partie de la condition humaine. Chacun d’entre nous ou presque, sera handicapé temporairement ou de façon permanente à un moment de sa vie », a insisté le Dr Margaret Chan, directrice générale de l’OMS. Raison de plus pour que chacun, valide ou handicapé, puisse avoir accès aux mêmes services de qualité.

En France le président de la République, Nicolas Sarkozy, a clos ce mercredi la Conférence nationale annuelle sur le handicap, en annonçant le déblocage de 150 millions d’euros pour les fonctionnaires handicapés et les enfants scolarisés. Un geste que les associations de handicapés ont jugé encore insuffisant.

Pour aller plus loin, consultez <a href="https://destinationsante.com/IMG/pdf/9789240685215_eng(1).pdf » target= »_blank »>l’intégralité du rapport en anglais.

Partager cet article