Chez les diabétiques, le dosage de la glycémie donne une image instantanée du taux de sucre dans le sang. Mais seule la mesure du taux de l’hémoglobine glyquée permet d’évaluer le contrôle de la maladie.

« L’hémoglobine est une substance présente dans les globules rouges et qui sert à transporter l’oxygène. Et quand elle se trouve en présence de glucose, elle se lie à ce dernier », indique le Pr Gérard Reach, diabétologue à l’hôpital Avicenne de Bobigny (93). « Les globules rouges vivent trois mois, puis ils sont remplacés. Et pendant ce laps de temps, chez les personnes non diabétiques, une toute petite partie de l’hémoglobine a le temps de se sucrer, moins de 5%. Mais chez les patients souffrant d’un diabète ce phénomène est perturbé. Par exemple, si pendant ces trois mois, le taux de sucre a été de 3 grammes par litre, 15% de l’hémoglobine sera sucré ».

Une prise de sang tous les trois mois

L’hémoglobine glyquée est donc un bon indicateur de la présence du sucre dans notre organisme. Il témoigne de certains mécanismes qui peuvent conduire à des complications oculaires, rénales, vasculaires ou neurologiques. Sa mesure repose sur un examen de routine, une prise de sang, réalisée tous les trois mois. « C’est l’indicateur de référence pour savoir comment au cours des trois derniers mois, le diabète a été contrôlé », souligne le Pr Reach. « En-dessous de 7%, c’est un bon résultat, entre 7% et 8%, c’est moyen, entre 8% et 10%, ce n’est pas bon et au-delà de 10, c’est catastrophique. »

Cet indicateur est le moyen le plus fiable dont nous disposons pour évaluer le bon équilibre du diabète et l’efficacité du traitement. Il permet aussi de mesurer l’impact des mesures hygiéno-diététiques comme la mise en place d’une alimentation saine ou encore la pratique d’une activité physique.

« Chaque diabétique doit mesurer tous les trois mois son hémoglobine glyquée », insiste le Pr Reach. Problème, cet indicateur utilisé dans le monde entier et dont les résultats sont standardisés est encore trop peu connu de tous des patients. « Il me semble extrêmement important de poursuivre le travail d’information et de sensibilisation des malades. C’est pourquoi, nous devons encore plus développer l’éducation thérapeutique ».

Le dosage de l’hémoglobine glyquée au laboratoire est l’examen clé pour le suivi de l’équilibre du diabète. Mais il ne peut être réalisé que tous les trois mois. Entre deux examens, comment mobiliser le patient et lui permettre de se rassurer et de vérifier si le cap pris est bon ou non ? Une estimation de l’hémoglobine glyquée est possible à partir des résultats des mesures glycémiques pour donner une tendance. Diabétologues et pharmaciens peuvent vous renseigner dès à présent.

Partager cet article