Herpès : une nouvelle stratégie pour le faire taire

[15 décembre 2014 - 10h55] [mis à jour le 15 décembre 2014 à 11h03]

Des médecins américains décrivent une nouvelle approche dans le traitement de l’infection herpétique. Elle cible une protéine spécifique qui supprime l’expression des gènes du virus et bloque donc à la source le cycle infectieux. Une stratégie basée sur l’épigénétique, qui fonctionne… chez l’animal.

Le Dr Thomas M. Kristie et son équipe du National Institute of Allergy and Infectious Disease (NIAID) à Bethesda (Maryland) ont utilisé un modèle animal d’infection par un virus herpès simplex (HSV). Une « famille » responsable notamment de lésions labiales (HSV1) mais aussi génitales (HSV2).

Les chercheurs montrent que le fait de bloquer l’activité d’une protéine – LSD1 – qui intervient dans l’expression de gènes viraux, permettait de réduire le cycle infectieux. Ils ont pour cela utilisé une molécule appelée tranylcypromine, utilisée en… psychiatrie !

Elle ciblerait en effet le tout début du cycle de l’infection et permettrait donc de diminuer les symptômes de la maladie. Et surtout, contrairement aux stratégies habituelles ciblant des protéines virales, cette approche permettrait d’empêcher la réactivation du virus lorsque celui-ci se trouve à un stade de latence. Il s’agit toutefois de résultats très préliminaires qui restent à confirmer.

Partager cet article