Homosexualité : informer son médecin pour une meilleure prévention

[09 avril 2019 - 16h01] [mis à jour le 09 avril 2019 à 16h02]

Les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH) sont davantage exposés à certains risques infectieux. Une étude publiée dans la dernière livraison du Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) souligne que la prévention de ce risque est favorisée si le médecin généraliste est informé de l’orientation sexuelle de son patient.

Une équipe de la Faculté de médecine de Bobigny a souhaité « explorer dans quelle mesure les HSH mentionnaient leur orientation sexuelle à leur médecin et si cela modifiait la prise en charge et la relation médecin-patient ».

Résultat, « parmi les 1 879 participants, 87,3% avaient un médecin-traitant et 58% lui avaient mentionné leur orientation sexuelle ». Ces derniers étaient « plus fréquemment dépistés pour les infections sexuellement transmissibles (IST) par leur médecin », poursuivent les auteurs.

Précision importante en raison de la discrimination dont sont parfois victimes les homosexuels : « après mention de [leur] orientation sexuelle, 84,4% des participants considéraient la relation au médecin inchangée ». Cela signifie donc que « cette information est (uniquement ndlr) associée à une meilleure prise en charge médicale ».

« Les médecins doivent être mieux formés à favoriser la mention de l’orientation sexuelle pour une meilleure approche de la santé sexuelle de leurs patients, en particulier les HSH », concluent les auteurs.

Partager cet article