Imagerie médicale : les enfants moins exposés aux rayonnements ionisants

[15 janvier 2019 - 11h26] [mis à jour le 15 janvier 2019 à 11h29]

L’exposition des enfants aux rayonnements ionisants d’origine médicale est en nette baisse. Un constat réalisé par l’Institut de Radioprotection et de Sûreté nucléaire (IRSN) pour l’année 2015, comparée à 2010. Le nombre d’actes étant stable, la cause repose uniquement sur une diminution des doses moyennes appliquées par acte d’imagerie.

« L’imagerie médicale (scanners, radiographies…) apporte un bénéfice incontestable dans la prise en charge des patients », rappelle l’IRSN. Toutefois, celle-ci augmente aussi leur exposition aux rayonnements ionisants. C’est pourquoi « il est important d’estimer et de caractériser régulièrement cette exposition médicale », explique l’institut. « Comme l’exige d’ailleurs depuis 1997 l’Union Européenne. » Une exposition excessive aux rayonnements ionisants augmente à long terme le risque de cancer.

Amélioration des techniques et des pratiques

Les derniers résultats de cette surveillance révèlent une bonne nouvelle. Les enfants de moins de 16 ans sont désormais nettement moins exposés via l’imagerie médicale. Ainsi, en 2015, « la dose efficace moyenne par enfant exposé (à des examens d’imagerie médicale ndlr) atteint la valeur de 0,43 mSv, en baisse de 34% » par rapport à 2010. Et ce alors qu’« environ 604 actes diagnostiques ont été rapportés pour 1 000 enfants ». Ce chiffre présente une relative stabilité (+1,5%) par rapport à l’année 2010.

A noter toutefois que proportionnellement « les enfants âgés de moins de 1 an sont la catégorie la plus exposée, avec une dose efficace annuelle médiane de 0,55 mSv », indique l’IRSN.

« Cette baisse de l’exposition est exclusivement due à la diminution globale des doses moyennes par acte d’imagerie médicale, liée à l’amélioration des techniques et des pratiques », conclut l’institut.

Partager cet article