Insuffisance rénale : la dénutrition plus meurtrière que l’obésité !

[13 juin 2008 - 10h50] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 16h18]

« Il est indispensable de prévenir et de traiter la dénutrition chez les patients souffrant d’insuffisance rénale ». Au cours des 46èmes Journées de l’Association des Diététiciens de langue française, le Pr Noël Cano du Centre de recherche en nutrition humaine de Clermont-Ferrand, a quelque peu surpris son auditoire. Il n’a pas hésité en effet, à l’assurer que le surpoids et l’obésité étaient « associés » à une augmentation de la survie chez les insuffisants rénaux.

« La dénutrition tue plus vite que l’obésité », a-t-il lâché. « Or aujourd’hui entre 40% et 70% des patients qui entrent en dialyse sont déjà dénutris ». Résultat, le risque de mortalité est alors de 30% ! D’où la nécessité de dépister, et surtout de prendre en charge à temps cette dénutrition. Avant la dialyse, en fait.

« A ce stade, la préoccupation principale du néphrologue est de préserver la fonction rénale par un régime hypercalorique et pauvre en protéines, tout en veillant au retentissement de cette restriction sur l’état nutritionnel », explique le Pr Cano.

Les professionnels peuvent s’appuyer sur des compléments oraux et la nutrition parentérale. Autrement dit par voie intra-veineuse. « Ces deux méthodes ont fait la preuve de leur efficacité nutritionnelle. La première s’avère tout de même plus simple et moins coûteuse. » Au final, la « renutrition » diminue tout à la fois le risque de mortalité, d’hospitalisation et de handicap.

Partager cet article