Jouir par la pensée c’est possible ?

[04 novembre 2016 - 15h51]

Habituellement associé à la stimulation tactile, l’orgasme pourrait aussi être atteint… par la pensée. Mais qu’en est-il vraiment ? A lui seul, le cerveau peut-il réellement nous emmener aussi haut sur l’échelle du plaisir ?

Sans le contact physique, l’atteinte de l’orgasme est possible. Les cascades d’hormones peuvent en effet se déclencher par la pensée, sans même que votre partenaire soit à vos côtés. Le fait d’être imprégné(e) de fortes envies et d’avoir des souvenirs précis d’émotions culminantes peut vous aspirer dans l’ascension vers l’orgasme.

En se rappelant, en mettant en scène, en imaginant ce plaisir graduel, vos pensées sont capables de vous emmener au 7ème ciel. Ce qui n’enlève, bien sûr, rien au pouvoir concret et tactile de votre partenaire à vous faire grimper au rideau ! D’autant que ce psycho-orgasme n’est pas accessible tout le temps, ni à tout le monde. Tout dépend du degré de désir, de la force du sentiment amoureux, de la capacité au lâcher-prise total. Elle est aussi liée à l’ouverture d’esprit nécessaire pour associer le plaisir sexuel à l’activité cérébrale plus que physique.

Preuve à l’appui !

Pour en savoir plus, des chercheurs de l’université du New Jersey ont regroupé des femmes capables d’atteindre l’orgasme par la pensée. Expérience réalisée au laboratoire. A ce moment, des paramètres physiologiques, connus pour varier pendant l’orgasme, ont été enregistrés : la pression systolique, la fréquence cardiaque, le diamètre des pupilles et le seuil de détection de la douleur. Résultat, les orgasmes atteints ne présentaient pas de différence physiologique avec les orgasmes déclenchés lors d’un rapport sexuel ou de préliminaires.

Un cerveau érogène ?

Par la pensée, les commandes cérébrales pourraient donc déclencher la jouissance. Ces puissantes émotions rencontrées au lit sont en effet le fruit d’une véritable chimie cérébrale. Mais que se passe-t-il à l’intérieur de notre tête ? Rendez-vous au cœur des petites parcelles de plaisir logées dans nos cerveaux.

Siège des sensations internes liées à l’ébullition et à l’euphorie, l’insula contribue à l’envie de caresses. Centre des souvenirs, le cortex singulaire antérieur participe lui à la focalisation sur le plaisir et l’anticipation. L’hypothalamus déclenche les hormones responsables de l’érection et de la lubrification. Et libère l’enképhaline après l’orgasme, morphine procurant un effet quasi anesthésiant et une forte sensation de bien-être. Les amygdales sont capables de s’éteindre pour assurer une diminution de l’anxiété et provoquer une sensation de détente ainsi qu’une baisse de l’attention et de la vigilance. Et les femmes seraient elles dotées d’un centre orgasmique situé dans la moelle épinière au niveau des vertèbres sacrées. Connectées, toutes ces zones impulsées par la pensée peuvent s’activer et communiquer entre elles. A vos risques et plaisirs.

Partager cet article

SYNDICAT DE LA PRESSE INDÉPENDANTE D'INFORMATION EN LIGNE
Service de Presse en Ligne reconnu par la Commission paritaire des Publications et Agences de Presse (CPPAP) sous le n°0318 W 90885 (article 1er de la loi n° 86-187 du 1er août 1986 portant réforme du régime juridique de la presse)