A l’occasion de la journée mondiale des MICI (maladies inflammatoires chroniques intestinales), l’association François Aupetit lance un grand mouvement national. Son objectif, mettre en lumière ces pathologies, leurs symptômes, mais aussi rendre hommage aux 250 000 patients touchés en France.

Deux maladies composent les MICI : la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique. Elles se caractérisent par l’inflammation de la paroi d’une partie du tube digestif. Le patient touché ressent des douleurs au niveau du ventre, l’envie d’aller aux toilettes dix fois par jour avec une impossibilité de se retenir, une fatigue extrême, un manque d’appétit ou encore une perte de poids. En France, 20 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque jour.

Trouvant leur origine dans les pays industrialisés, les MICI s’étendent aujourd’hui aux pays émergents, et ce pour plusieurs raisons : l’explosion d’une alimentation industrialisée, la pollution, la sédentarité…

S’il n’existe à l’heure actuelle aucun traitement, quelques règles d’hygiène de vie sont nécessaires pour freiner l’évolution de la maladie. Elles passent par la pratique régulière d’une activité physique. Cette dernière participe à l’équilibre général du patient. Adapter son alimentation est aussi nécessaire afin d’améliorer le confort de vie et surtout le transit.

Une journée pour sensibiliser

Ce 19 mai, à l’occasion de la journée mondiale des MICI, l’Association François Aupetit (seule association reconnue d’utilité publique sur ces pathologies) organise dans toute la France des rencontres afin d’informer le grand public et de soutenir les malades et leurs proches. Retrouver le programme national en cliquant ici.

Partager cet article