La marjolaine combat les troubles digestifs

[20 mars 2012 - 15h21] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h50]

Comme la lavande, la marjolaine appartient à la famille des lamiacées. Sa tige peut atteindre 60 cm de haut. Elle est notamment réputée pour ses vertus digestives.

Les sommités fleuries sont récoltées de juillet à septembre. Elles contiennent seulement 1% d’huile essentielle. C’est pourquoi 100 kg de fleurs fraîches permettent d’obtenir à peine 500g d’huile. D’un jaune verdâtre, celle-ci possède une odeur camphrée très caractéristique. La marjolaine peut aussi s’utiliser en infusion – une cuillère à soupe de plante séchée pour une tasse d’eau bouillante- ou sous forme de poudre ou de teinture.

Outre ses qualités aromatiques très appréciées en cuisine, la marjolaine dispense différents bienfaits médicinaux. Elle est recommandée notamment contre les spasmes intestinaux, les flatulences et les nausées. Elle a aussi des propriétés anti-diarrhéiques. Cette plante permettrait encore de stimuler l’appétit, la production de suc gastrique voire de calmer les accès de toux. Des vertus antiseptiques et antalgiques lui sont enfin reconnues.

L’huile essentielle de marjolaine est indiquée dans le traitement des douleurs articulaires ou en bains de bouche, contre les aphtes. Cependant avant toute utilisation, il est préférable de demander conseil à votre médecin ou à votre pharmacien.

A noter que la phytothérapie est utilisée en médecine traditionnelle depuis des siècles. Son efficacité et son innocuité restent toujours discutées. Et pour cause, comme l’explique l’Organisation mondiale de la Santé dans un rapport de 1998, « un nombre relativement petit d’espèces de plantes ont été étudiées pour d’éventuelles applications médicales ». Cet article s’inscrit naturellement dans cette démarche.

Partager cet article