Grippe, fièvre jaune, rage… La fabrication de certains vaccins comporte une étape de culture sur œufs de poule. Dès lors, est-il possible de se faire vacciner si l’on est allergique ?

Les virus utilisés pour la fabrication de ces vaccins sont cultivés sur des cellules d’embryon de poulet, c’est-à-dire sur des œufs de poule fécondées. D’infimes traces de protéines d’œuf – l’ovalbumine  – sont donc susceptibles d’être contenues dans les vaccins.

Si vous êtes allergique à l’œuf, la vaccination présente-t-elle un risque ?

En fait, la législation européenne autorise la présence d’ovalbumine dans une dose de vaccin pouvant aller jusqu’à 1 microgramme. Selon la Société française d’allergologie, « cette quantité ne présente pas de danger ».

Par ailleurs, comme le rappelle le site vaccinationinfoservice.fr, « les cas d’accidents d’allergie graves à l’ingestion d’œufs sont très rares ».

En outre, si l’allergie est avérée (avec antécédents sévères incluant le choc anaphylactique), la vaccination devra se faire à l’hôpital selon une méthode dite « d’accoutumance » : des doses répétées et progressivement croissantes de vaccin sont administrés sous surveillance afin d’habituer l’organisme de la personne aux traces d’œuf contenues dans le vaccin.

A noter : l’immunisation en milieu hospitalier permet – si besoin – une prise en charge rapide.

Partager cet article