L’ANSM suspend 3 modèles de stérilet

[29 novembre 2019 - 10h39]

Face à l’augmentation du nombre de ruptures lors du retrait par des professionnels de santé  et de cas d’expulsions spontanées, l’ANSM a décidé d’interdire la pose de 3 modèles de stérilet en France.

L’Agence nationale du médicament a décidé d’interdire en France la pose des dispositifs intra-utérins Ancora, Novaplus et Sethygyn. En cause, un risque accru de rupture lors de leur retrait et d’expulsions spontanées d’une partie ou de la totalité de ces stérilets. Le risque d’expulsion pouvant remettre en cause l’efficacité de la contraception et exposer à un risque de grossesse non désirée.

20 000 poses par an

Si ce type de moyen contraceptif a été posé il y a moins de 3 ans, l’agence ne recommande pas de procéder au retrait préventif. En revanche, elle encourage les femmes concernées à rester attentives au moindre signe pouvant annoncer une expulsion : douleurs abdominales, saignements entre les règles ou après un rapport sexuel, douleurs lors des rapports sexuels… Dans ce cas, consultez le médecin qui assure votre suivi gynécologique.

Et si la pose date de plus de 3 ans, « la consultation (…) sera l’occasion de discuter de la meilleure contraception dans votre situation », explique l’ANSM.

A noter : Selon l’ANSM, ces modèles sont posés à 20 000 femmes en France chaque année, soit un stérilet sur 15.

Partager cet article