Le microbiote part en campagne

[23 septembre 2019 - 11h56] [mis à jour le 23 septembre 2019 à 11h57]

Ce mois d’octobre sera marqué par la troisième édition de la campagne nationale d’information « Ma santé passe par mes microbiotes ». Elle sera lancée par une conférence publique le 1er octobre organisée par la Fondation de l’AP-HP pour la Recherche, en partenariat avec le laboratoire Pileje. A cette occasion faisons le point sur les liens entre microbiote et obésité !

Qu’est-ce que le microbiote ? Le désormais célèbre « microbiote », c’est l’ensemble de tous les micro-organismes présents sur notre peau, dans la bouche, dans le vagin et aussi dans l’intestin. Vous l’aurez compris, c’est un allié dont il faut prendre soin. Obésité, allergies, troubles digestifs, maladies parodontales peuvent s’expliquer en partie par un déséquilibre de notre microbiote.

Quels liens entre obésité et microbiote ?

Karine Clément est professeure de nutrition à la Sorbonne. Elle dirige à la Pitié Salpêtrière une unité de recherche sur l’obésité et les complications associées. Elle nous explique en quoi notre microbiote intestinal peut jouer un rôle dans la survenue de l’obésité et des maladies chroniques associées.

« Des premiers travaux réalisés en 2010 ont montré une augmentation du poids de souris chez lesquelles avait été transféré le microbiote d’un rongeur obèse. C’était le point de départ de nombreuses études visant à démontrer que des composants du microbiote jouaient un rôle dans la prise de poids. »

Autre élément mis en avant par les travaux scientifiques, l’appauvrissement de la diversité du microbiote intestinal parmi les personnes obèses. « En quelque sorte quand on prend du poids, on appauvrit son microbiote, il sera beaucoup moins riche », précise le Pr Karine Clément. Au-delà de ce constat, l’obésité favorise également « l’augmentation de bactéries pro-inflammatoires et la diminution de bactéries bénéfiques sur le plan métabolique. Et c’est d’autant plus vrai pour les obésités sévères ».

« Nous avons également observé chez les personnes souffrant d’obésité que la faible diversité bactérienne augmentait les risques de développer des complications liées à l’obésité ». La scientifique cite notamment le « diabète de type 2, les troubles lipidiques, hépatiques, cardiovasculaires et certains cancers ».

Une campagne nationale pour mieux comprendre les liens entre microbiote et santé

La conférence du 1er octobre rassemblera des scientifiques de haut niveau, dont le Pr Karine Clément. Outre les liens entre obésité et microbiote d’autres sujets seront abordés : microbiote intestinal du nourrisson, microbiote, foie et addictions et enfin microbiote et transplantation fécale.

Cette troisième édition de la campagne « Ma santé passe par mes microbiotes » sera également visible sur la toile. Sur www.masantepasseparmesmicrobiotes.fr, vous pourrez retrouver tout le mois d’octobre, des vidéos, des articles, un livret d’information, des infographies et un jeu concours. Ce n’est pas tout, des tutos sur le guide pratique des probiotiques ou encore le microbiote vaginal vous seront proposés. C’est également sur ce site que vous pourrez vous inscrire à la conférence publique du 1er octobre.

Partager cet article