L’endométriose s’en prend au cœur des femmes

[31 mars 2016 - 15h39] [mis à jour le 31 mars 2016 à 15h43]

Selon une étude américaine, les femmes souffrant d’endométriose sont particulièrement exposées aux maladies cardiovasculaires. Selon les scientifiques de Harvard, les patientes de moins de 40 ans seraient davantage concernées.

Affection récidivante, l’endométriose est causée par le développement, en dehors de l’utérus, de cellules de l’endomètre. C’est-à-dire des cellules utérines. Pendant les menstruations, celles-ci saignent et provoquent la formation de lésions, d’adhérences et de nodules. Au moins 10% à 15% des femmes dans le monde souffrent d’endométriose.

Des chercheurs de la Harvard School of Public Health ont travaillé à partir de la Nurses Health Study II. Cette étude a été lancée en 1989 aux Etats-Unis auprès de 116 000 infirmières. Ils ont comparé l’état de santé cardiovasculaire de femmes ayant développé ou non une endométriose. Celles souffrant de cette affection voit leur risque d’infarctus du myocarde augmenté de 52%. Concernant l’angine de poitrine, les chercheurs ont observé une élévation du risque de 91% !

« Il nous semble essentiel de sensibiliser les patientes aux risques de développement de maladies cardiovasculaires », indique le Dr Fan Mu, de la Harvard Medical School de Boston. « Nous devons être particulièrement vigilants avec les femmes jeunes qui semblent plus exposées ».

Partager cet article