L’équitation contre les dommages de l’AVC

[30 juin 2017 - 10h27] [mis à jour le 30 juin 2017 à 10h28]

Certaines thérapies non médicamenteuses, comme l’équitation ou la musicothérapie, pourraient aider les patients victimes d’un accident vasculaire cérébral (AVC) à mieux récupérer certaines de leurs capacités. Et ce, même plusieurs mois après la survenue de l’accident.

Selon des chercheurs de l’Université de Newcastle (Royaume Uni), une combinaison d’activités physiques, sensorielles, cognitives et sociales pourrait produire des effets bénéfiques sur la récupération des patients victimes d’un AVC.

Pour vérifier leurs dires, ils se sont intéressés à 123 femmes et hommes suédois ayant connu un tel accident 10 mois à 5 ans plus tôt.

Une prise en charge pluridisciplinaire

Les volontaires ont été répartis au hasard dans 3 groupes : musicothérapie, équithérapie ou soins ordinaires. Après 12 semaines, 56% des membres du groupe équestre ont déclaré une nette amélioration de leur état (cognitif, équilibre, démarche…) contre 38% pour le groupe musique et 17% pour le groupe contrôle.

« Des améliorations significatives sont encore possibles même des années après un accident vasculaire cérébral », explique le Dr Michael Nilsson, principal auteur de ce travail. « Et ce en utilisant des thérapies motivantes et pluridisciplinaires. »

En effet, selon les scientifiques, le succès de la thérapie par le cheval s’expliquerait par le fait que cette activité se déroule dans un environnement multisensoriel, à la fois physique et cérébral. Petits bémols tout de même concernant ce travail observationnel : le nombre restreint de participants et le fait que les victimes sévèrement diminuées n’ont pas été intégrées à la cohorte.

Partager cet article