De nombreuses études ont déjà mis en avant la mortalité par suicide – particulièrement élevée – chez les agriculteurs. Pourtant, peu de travaux ont abordé la question de la dépression dans cette population. Santé publique France s’est penchée sur la question, et les résultats sont inquiétants.

Ce travail, publié dans la dernière livraison du Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) a porté sur plus de 2 300 personnes dans 5 départements (Bouches-du-Rhône, Finistère, Pas-de-Calais, Pyrénées-Atlantiques et Saône-et-Loire). Toutes étaient affiliées à la Mutualité sociale agricole (MSA). Afin d’étudier d’éventuels symptômes dépressifs, tous les participants ont répondu à un questionnaire.

Résultat : pour les salariés, 14,7% des hommes et 21,2% des femmes présentaient des symptômes de dépression. Chez les non-salariés, les taux étaient respectivement de 13,6% et de 19,1%. Notons que chez les hommes, la prévalence augmentait significativement avec l’âge. A titre comparatif, dans le reste de la population, les dernières statistiques sur la dépression, publiées par Santé publique France en octobre, faisaient état d’un « épisode dépressif » chez 9,8% des 18-75 ans en 2017.

Sans trop de surprises, c’est le déséquilibre entre l’effort fourni et la faible récompense obtenue qui semble à la source de la dépression. De nombreux agriculteurs ne parviennent en effet pas à vivre décemment de leur travail.

Partager cet article