Les « couche-tard » vivraient moins longtemps

[13 avril 2018 - 16h50] [mis à jour le 13 avril 2018 à 17h05]

Mauvaise nouvelle pour les « couche-tard ». Selon une équipe anglo-américaine, ceux qui ont tendance à faire durer la journée et éprouvent le plus grand mal à émerger le matin seraient plus exposées à une mort prématurée ! En cause, une horloge interne déréglée…

Réalisé auprès d’un demi-million de personnes âgées de 30 à 73 ans, ce travail a été conduit par des chercheurs de l’Université Northwestern (Etats-Unis) et de Surrey (Angleterre). Chacun des participants devait se définir comme étant « plutôt du matin » ou « plutôt du soir ».

Au cours du suivi (qui a duré 6 ans et demi), 10 500 décès ont été relevés, dont plus de 2 000 avaient une origine cardiovasculaire. Selon les auteurs, les « oiseaux de nuit » auraient un risque de mort prématurée supérieur de 10%, et comparé à ceux qui rejoignent le nid plus tôt.

Horloge interne vs comportements à risque

En fait, de précédentes études avaient déjà montré que les « couche-tard » étaient plus à risque de maladies cardiovasculaires ou de diabète. Mais c’est la première fois que des scientifiques s’intéressent au risque de mortalité.

«  Il se pourrait que les couche-tard aient une horloge biologique interne qui ne correspond pas à leur environnement externe », explique Kristen Knutson, professeur de neurologie à l’Université Northwestern. Elle précise par ailleurs que ces personnes sont plus susceptibles de « fumer ou de boire ». Bref, leur style de vie combiné à la perturbation de leur horloge interne affaiblirait leur corps.

Partager cet article

SYNDICAT DE LA PRESSE INDÉPENDANTE D'INFORMATION EN LIGNE
Service de Presse en Ligne reconnu par la Commission paritaire des Publications et Agences de Presse (CPPAP) sous le n°0318 W 90885 (article 1er de la loi n° 86-187 du 1er août 1986 portant réforme du régime juridique de la presse)