Les crèmes solaires au banc d’essai

[01 juillet 2011 - 14h25] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h46]

Le rappel n’est jamais inutile : lors de toute exposition aux rayons du soleil, il est essentiel de protéger sa peau. Les crèmes solaires naturellement, sont à cet égard des outils très efficaces. C’est ce que soulignent les rédacteurs du magazine 60 millions de consommateurs, après avoir passé en revue 20 protections solaires. Petit bémol néanmoins : l’usage – très discret – de nanoparticules dans la moitié des produits testés, même les produits bio.

Dans les cosmétiques et notamment les crèmes solaires, la présence de plus en plus fréquente de nanoparticules pose question. Ces molécules si petites – leur taille est comprise ente 1 et 100 nanomètres ou millièmes de millimètre – confèrent fluidité et bonne tenue aux produits de soins. C’est notamment le cas du dioxyde de titane grâce auquel, lorsqu’il est dans sa forme « nano », les produits deviennent transparents et plus faciles à appliquer.

Mais ces très petites particules ont un défaut majeur : elles sont suspectées de traverser la barrière épidermique. Et leur effet dans l’organisme reste peu connu. D’ailleurs le 14 juin, l’AFSSaPS a rendu public un Rapport relatif aux nanomatériaux dans les produits cosmétiques. L’Agence y conclut que « le blanchiment cutané ne peut être exclu, particulièrement sur une peau lésée, par exemple par un érythème solaire ».

L’AFSSaPS recommande par conséquent d’éviter l’utilisation de produits contenant des nanomatériaux sur une peau abimée, mais également sous forme de spray, d’aérosol ou de poudre. Dans ces cas-là en effet, il y a risque d’absorber ces molécules nanoscopiques par les voies respiratoires.

A partir du 11 juillet… 2013, les consommateurs seront mieux à-même de choisir leur crème solaire. A cette date en effet, les fabricants auront enfin l’obligation de mentionner la présence de composants sous forme de nanoparticules, au même titre que tous les ingrédients des cosmétiques. Ce règlement avait été adopté par le Parlement européen dès 2009. En attendant si votre crème solaire contient du dioxyde de titane et qu’elle est transparente, sachez à quoi vous en tenir…

Pour aller plus loin, consultez le Rapport relatif aux nanomatériaux dans les produits cosmétiques de l’AFSSaPS.

Retrouvez le dossier de 60 millions de consommateurs dans le numéro juillet-août en kiosque depuis ce jeudi.

Partager cet article