Maladies du foie : dépistage systématique requis

[15 janvier 2018 - 17h20] [mis à jour le 15 janvier 2018 à 17h21]

Les maladies du foie tuent de plus en plus. Et pourtant, parmi les maladies chroniques, elles font partie de celles pouvant être généralement guéries, prévenues ou contrôlées. Le problème ? Le manque de prévention. A l’occasion de la Paris Hepatology Conference (PHC), Congrès annuel international sur les maladies du foie, les spécialistes lancent un cri d’alarme pour systématiser le dépistage.

« Le dépistage par un dosage systématique des transaminases lors des examens de routine. » Voilà ce que préconise le Pr Patrick Marcellin, fondateur et organisateur de la Paris Hepatology Conference (PHC) qui s’est ouvert aujourd’hui à Paris. Objectif, « enrayer la mortalité sous-estimée des maladies du foie »

Car dépister tôt une maladie hépatique permet de prévenir l’évolution vers un cancer du foie. Pour ce faire, « la détection d’un taux élevé de transaminases constitue un indicateur fiable de l’inflammation du foie, mécanisme central responsable de la progression de ces maladies », explique l’hépatologue.

Une mortalité en augmentation

« La mortalité des maladies du foie, essentiellement due au cancer de cet organe, est en augmentation », se désole le spécialiste. Et ce, « alors même que ces pathologies, contrairement aux autres maladies chroniques, peuvent être généralement guéries, prévenues ou contrôlées évitant l’évolution vers le cancer ».

La cause de cette situation ? « Ces maladies sont silencieuses et asymptomatiques », c’est pourquoi « elles sont, dans plus d’un tiers des cas, révélées à un stade trop évolué et incurable ». Or « le dosage des transaminases est actuellement le seul test simple, bon marché et disponible partout permettant de dépister précocement les maladies chroniques du foie », souligne le Pr Patrick Marcellin. Pour lui, « il est donc urgent de mettre en place des actions de masse pour faire baisser la mortalité».

D’après les estimations mondiales actuelles « 844 millions de personnes seraient atteintes de maladies du foie ». Au total, ces pathologies entraîneraient au moins 2 millions de décès par an. « A titre de comparaison, le diabète, qui est responsable de 1,6 million de décès, touche 422 millions d’individus », précise le Pr Marcellin.

Partager cet article