Masquée mais bien réelle, l’hypertension artérielle

[06 mars 2013 - 16h45] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h55]

De nombreuses personnes âgées souffrent d’une hypertension artérielle masquée. ©Phovoir

Une pression artérielle normale chez le médecin, mais trop élevée à domicile ? Ce phénomène, dont l’origine reste mal connue, est appelé hypertension artérielle (HTA) masquée. Et selon un travail de l’INSERM, il serait bien plus répandu qu’on ne le pensait, notamment parmi les personnes âgées.

L’équipe de l’Unité INSERM  708 (Université de Bordeaux Segalen) a étudié la présence de l’HTA masquée auprès de 1 481 personnes âgées entre 73 et 97 ans. Après une mesure de la pression artérielle au sein d’un centre d’examen, les participants ont, dans les 15 jours suivants, procédé chez eux à la prise de leur pression. Le protocole comprenait 18 mesures pendant 3 jours. Le même protocole a été répété un an plus tard.

Automesure : la règle des 3

Selon le Pr Christophe Tourzio, qui a dirigé ce travail, l’HTA masquée est très fréquente. Dans l’étude en question, elle a concerné quatre participants sur dix qui présentaient une tension normale au centre d’examen. Son équipe a ensuite analysé l’évolution de l’hypertension masquée sans tenir compte de l’existence ou non d’un traitement, puis dans le groupe d’individus ne prenant pas de traitement antihypertenseur. Résultats, le risque de développer une HTA était multiplié par 7 dans le premier groupe contre 17 dans le second ! « Ces résultats soulignent l’importance de l’automesure de la pression artérielle à domicile chez les personnes âgées afin de diagnostiquer une hypertension artérielle masquée, par nature non détectable par le médecin », indique le Pr Christophe Tzourio. « L’automesure permet également de renforcer le dialogue entre malade et praticien et de mieux adapter me traitement ».

Rappelons qu’en matière d’automesure, la Haute Autorité de Santé (HAS) et le Comité Français de Lutte contre l’Hypertension Artérielle (CFLHTA) recommandent d’appliquer la règle des trois : 3 mesures consécutives le matin, 3 mesures le soir, et cela 3 jours de suite.

Aller plus loin :
Prenez connaissance de la liste de l’ANSM des autotensiomètres qui se fixent sur le bras ou sur le poignet.

Ecrit par : Emmanuel Ducreuzet – Edité par : David Picot

Partager cet article