Règles: quelle protection périodique choisir?

[10 août 2010 - 10h03] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h39]

Souvent synonymes de mauvaise humeur, de gêne et encore de douleurs, les règles sont diversement vécues selon les femmes. Sans oublier l’incontournable question des protections périodiques. Quelles options choisir ? Revue de détail.

Les classiques.
Les serviettes hygiéniques jetables. Elles possèdent une large surface d’absorption et se placent directement dans la culotte pour absorber le flux menstruel. Il en existe de différentes épaisseurs, largeur et formes, adaptées à l’abondance des règles. Elles peuvent également être munies de battants sur les côtés et sont souvent adhésives. Pas toujours confortables, on en trouve aujourd’hui de très fines qui s’adaptent à tous les sous-vêtements : culottes, strings, tanga, etc… Pour éviter toute macération du sang, il est conseillé d’en changer 3 ou 4 fois par jour.

Les tampons. Protection interne, le tampon peut être introduit dans le vagin avec ou sans applicateur. Un fil solide permet de le retirer aisément. Comme pour les serviettes hygiéniques, il en existe plusieurs tailles avec des capacités d’absorption variant en fonction de l’abondance des menstruations. Seul risque – extrêmement rare toutefois : le syndrome du choc toxique. Principal intérêt : aucune activité n’est interdite à celles qui les utilisent. A la piscine, comme à la plage, vous pouvez profiter de vos vacances en maillot de bain pendant vos règles !

Les écolos.
Les coupes menstruelles. Même principe que les tampons. Les coupes menstruelles sont des récipients en plastique souple à insérer dans le vagin. Très écologiques, elles sont lavables et réutilisables pendant plusieurs années. Seul petit bémol : il faut un peu de pratique pour l’insérer et le retirer.

Les serviettes hygiéniques lavables et les éponges naturelles. De nouvelles solutions apparaissent. Certaines femmes font le choix, particulièrement écolo, de revenir aux pratiques de leurs grands-mères. Elles achètent ou fabriquent elles-mêmes leurs serviettes hygiéniques… lavables. Comme pour les couches de bébés, ces protections périodiques sont plus faciles à entretenir et bien plus confortables que celles de nos aïeules. D’autres utilisent des éponges naturelles qu’elles insèrent dans leur vagin comme un tampon.

Partager cet article