Faire un don de moelle osseuse offre un espoir de guérison à un patient souffrant d’une maladie grave du sang. Pourtant, le nombre de donneurs reste insuffisant. En cause notamment,  la peur de la douleur du prélèvement. Une nouvelle campagne de sensibilisation se déroule toute cette semaine.

2 000 malades en ont besoin chaque année. La moelle osseuse contient en effet des cellules capables de soigner plusieurs maladies du sang, comme les leucémies ou les lymphomes. Mais « il n’existe en moyenne qu’une chance sur un million de trouver un donneur de moelle osseuse compatible, en dehors de la fratrie », rappelle l’Agence de la biomédecine. C’est pourquoi, « il est primordial de diversifier les profils des personnes inscrites sur le registre des donneurs ».

Davantage de donneurs et des profils plus divers

La campagne de sensibilisation au don de moelle osseuse (du 1er au 7 avril) cible les personnes de moins de 35 ans, et notamment les hommes. Pourquoi ? « Plus un donneur s’inscrit jeune, plus il reste longtemps sur le registre et de ce fait a plus de chances de pouvoir aider un malade », explique l’Agence.

Pour ce qui est des hommes, « les cellules issues de leur moelle osseuse étant dépourvues des anticorps développés par les femmes lors de leur(s) grossesse(s), elles offrent une meilleure tolérance du greffon sur le plan immunologique chez les patients », ajoute-t-elle. Cela dit, les dons issus de femmes restent vitaux. « Les médecins greffeurs privilégient toujours le donneur ayant la compatibilité la plus élevée avec le patient, quel que soit son sexe. »

Surmonter la peur

Mais pourquoi les donneurs ne sont-ils pas plus nombreux ? « Le principal frein au don de moelle osseuse est la crainte de la douleur liée au prélèvement », justifie l’Agence de la biomédecine. Laquelle rappelle pourtant que dans « 75% des cas, ce don se fait par prélèvement sanguin ». Sans oublier, comme l’indique le slogan de la campagne, « comparé à tout ce que vous avez déjà vécu dans votre vie, ce n’est pas si dur de faire un don de moelle osseuse. Et ça peut sauver une vie ! ».

Jusqu’au 7 avril, vous êtes invités à relever un défi dans plusieurs villes de France : sauter de plusieurs mètres de haut sur un coussin géant. L’objectif ? « Montrer que toutes les appréhensions peuvent être dépassées et que donner des cellules de sa moelle osseuse, ce n’est pas aussi difficile ni douloureux qu’on le pense. »

Pour s’informer ou se préinscrire sur le registre national des donneurs volontaires de moelle osseuse : www.dondemoelleosseuse.fr

Partager cet article