Nanoparticules et cosmétiques : attention danger!

[23 avril 2010 - 16h24] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h38]

Les nanoparticules augmentent l’efficacité de certains cosmétiques. Certes. Pourtant, elles peuvent passer la barrière épidermique, avec à la clef, un risque d’effets toxiques. L’Agence française de Sécurité sanitaire de l’Environnement et du Travail (AFSSET) recommande donc, la prudence.

Les nanoparticules, vous en avez entendu parler bien sûr. Mais savez-vous exactement de quoi il s’agit ? Ce sont des molécules dont la taille est comprise entre 1 et 100 nanomètres. Un nanomètre étant un millième de micron, soit un milliardième de mètre ! Lorsqu’elles sont utilisées dans leur fabrication, elles augmentent la fluidité et la capacité de pénétration des cosmétiques. Mais c’est justement là le problème! Jusqu’à quel point en effet, ces molécules peuvent-elles ainsi traverser notre peau?

Une étude reprise par le Bulletin de veille scientifique de l’AFSSET en décembre 2009, et portant sur des crèmes solaires, a montré que les nanoparticules d’oxyde de titane « étaient susceptibles de passer la barrière cutanée et de s’accumuler dans le derme, où elles peuvent alors exercer d’éventuels effets toxiques ». En effet, une peau exposée au soleil est plus facilement porteuse de lésions permettant le passage de ces molécules. Mais des boutons, de l’eczéma, des coupures… sont également des portes d’entrée pour ces particules. Selon l’AFSSET, « les risques ne peuvent pas être exclus », et dans son rapport du 24 mars 2010 l’agence recommande de limiter l’exposition des consommateurs.

Comment les éviter?
C’est malheureusement encore impossible. Pour le moment… Un règlement du Parlement européen en date du 30 novembre 2009, oblige bien les fabricants à mentionner la présence de nanoparticules sur le conditionnement de leurs produits. Il ne prendra malheureusement effet que le 1er janvier 2013. D’ici là, vous pouvez vous tourner vers les labels Ecocert et Cosmebio. Dès 2008, l’un et l’autre ont exclu l’usage des nanoparticules de leurs produits.

Partager cet article