Ne plus souffrir des règles

10 novembre 2005

Fréquentes chez les adolescentes ou en préménopause, les règles douloureuses ne sont pas une fatalité et encore moins le témoin d’un trouble psychologique. Elles doivent et peuvent être combattues efficacement.

Si vos règles sont douloureuses, pas d’automédication, parlez en d’abord à votre médecin. Il vérifiera d’abord que ce n’est pas le symptôme d’une autre maladie. En tous cas ne prenez pas d’aspirine, elle risque de vous faire saigner plus. En revanche les anti-inflammatoires, comme l’ibuprofène, peuvent être efficaces dans bon nombre de cas, surtout s’ils sont pris à dose suffisante et dès l’apparition des douleurs. Ne les utilisez pas sans l’avis de votre médecin.

Le mécanisme qui provoque ces règles douloureuses -les spécialistes parlent de dysménorrhées- n’est pas unique, ni complètement élucidé. Ce symptôme se rencontre surtout à certaines périodes de la vie, lorsque surviennent des modifications hormonales plus marquées. C’est donc du côté des hormones que se trouve souvent la solution. D’ailleurs, la prise d’une pilule contraceptive bien adaptée va résoudre ce problème. Une autre solution, très efficace et moins connue est la pose d’un dispositif intra utérin (DIU) hormonal, comme l’indique l’OMS.

Le DIU hormonal n’est pas constitué comme le DIU au cuivre (anciennement appelé stérilet) d’un simple fil de cuivre fixé sur le support, qui peut rendre les règles plus douloureuses et abondantes, mais d’un petit réservoir contenant une hormone progestative. Pendant 5 ans, il délivre localement dans l’utérus ce progestatif qui permet d’assurer une contraception efficace, sans avoir à y penser quotidiennement, et de réduire le volume des règles… ainsi que les douleurs menstruelles. Tout cela ressort clairement des études réalisées chez des femmes de 18 à 45 ans, ce qui explique la bonne acceptabilité de cette méthode.

    Aller à la barre d’outils