Traces de ruthénium 106 : de la radioactivité dans l’air ?

[09 octobre 2017 - 11h45] [mis à jour le 09 octobre 2017 à 11h47]

Du ruthénium 106, un élément radioactif d’origine industrielle, a été détecté dans plusieurs pays d’Europe dès le 3 octobre. L’Institut de Radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) a confirmé la présence à l’état de traces de ce radionucléide sur le territoire français. L’origine de ce phénomène anormal n’a pas encore pu être déterminée.

« Du Ruthénium 106* a été détecté par plusieurs réseaux européens de surveillance de la contamination radioactive atmosphérique », indique l’IRSN. « A des niveaux de l’ordre de quelques milli becquerels/m3. »

Dans le détail, l’Autriche, la Norvège et la Suisse ont notamment fait part de la présence de cet élément radioactif sur leurs territoires. En France, « seul la station de la Seyne-sur-Mer montre la présence de ruthénium 106 à l’état de traces (7,7 micro-Bq/m3) ».

Pour le moment, « les niveaux observés par les réseaux européens de surveillance sont très faibles », rassure l’institut français. Lequel « maintient une vigilance de surveillance » et « poursuit ses investigations ».

D’où provient la contamination ?

D’autant que l’origine de la contamination n’a pas encore pu être établie. « A ce stade, les masses d’air contaminées semblent avoir transité par le sud-est de l’Europe (Ukraine, Roumanie, Bulgarie et Turquie) et avoir pour origine une région située plus à l’est », note l’IRSN. Au « sud de l’Oural ou à proximité ».

L’IRSN souligne que « les niveaux très faibles de contamination atmosphérique en ruthénium 106 observés à ce jour par les réseaux européens de surveillance sont sans conséquence pour la santé et l’environnement ». Toutefois, la Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité (Criirad) « fait part d’une inquiétude dans l’hypothèse où ce ruthénium 106 proviendrait de rejets au niveau d’une installation donnée », explique Bruno Chareyron ingénieur en physique nucléaire, chef du laboratoire de la Criirad. « Car dans l’environnement proche de cette installation il peut y avoir impact non négligeable. »

*Le ruthénium 106 est un radionucléide d’origine artificielle. Il s’agit d’un produit de fission issu de l’industrie nucléaire. Ce radionucléide est par ailleurs utilisé dans le domaine médical pour des traitements par curiethérapie

Partager cet article