Pharmacien, un métier à risque

[26 mai 2016 - 12h05]

Les problèmes d’insécurité sont de plus en plus fréquents dans les commerces de proximité. Et les officines n’échappent pas à la règle. Ce constat est tiré par l’Ordre national des pharmaciens dans son observatoire 2015 des agressions subies par les pharmaciens.

L’Ordre national des pharmaciens suit, à l’aide de fiches de déclarations qui lui sont transmises par les pharmaciens d’officine, l’évolution des agressions (physiques, verbales, dégradations matérielles…) dont ils sont victimes.

Résultat, au cours de l’année 2015, l’Ordre a reçu 131 déclarations. Les agressions avec arme à feu représentent 14%, « ce qui témoigne de l’extrême brutalité subie parfois par les pharmaciens d’officine ». Les violences verbales concentrent la moitié des déclarations, avec une forte reprise des menaces (+9% par rapport à 2014).

Concernant les établissements touchés, les officines de villes de moins de 50 000 habitants concentrent 80% des agressions. Les pharmacies des petits centres commerciaux deviennent également des cibles « prisées ».

Du côté des professionnels, « la part des violences physiques ayant provoqué un arrêt de travail ou une hospitalisation reste stable, autour de 10%. Les conséquences psychiques à long terme ne sont, quant à elles pas évaluées ».

Des motivations floues

L’attrait financier est bien entendu la première motivation. Problème, l’exercice officinal se caractérise très largement par un fonctionnement financier dématérialisé avec de faibles sommes d’argent en caisse. Une réalité relativement méconnue donc par les agresseurs.

« On note également une augmentation des agressions liées aux difficultés relatives à la prise en charge », conclut l’Ordre national des pharmaciens. « Par exemple, le patient souhaitant un tiers payant, alors qu’il ne présente pas de Carte Vitale ou papiers conformes, ou refus de délivrance suite à des ordonnances non conformes ».

Enfin, pour inciter les pharmaciens d’officine à déclarer leurs agressions, un nouveau module de déclaration en ligne sera disponible dès 2017 sur l’espace pharmacien du site www.ordre.pharmacien.fr.

Partager cet article