On s’en doutait, c’est désormais prouvé. Passer trop de temps sur les réseaux sociaux est associé à de mauvaises habitudes de sommeil. Chez les adolescents, ce comportement pousse à se coucher plus tard et provoque des réveils nocturnes !

L’impact des écrans, et en particulier de l’utilisation des réseaux sociaux, sur la santé mentale et le bien-être des jeunes soulève de plus en plus de questions. Et ces inquiétudes semblent fondées si l’on en croit des chercheurs de l’Université de Glasgow en Ecosse.

Ces scientifiques ont suivi l’évolution de près de 12 000 ados nés entre 2000 et 2002. Les participants ont dû rapporter le nombre d’heures passés quotidiennement sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Instagram… Ils ont également renseigné leurs habitudes de sommeil : l’heure de coucher en semaine et le weekend, le nombre de réveils nocturnes, les éventuelles difficultés à se rendormir…

Pannes de réveil, ruptures de sommeil…

Résultat, 14% passaient de 3 à 5h par jour sur les réseaux et 21% (considérés comme de très gros utilisateurs) y étaient scotchés plus de 5h de façon quotidienne. Eh bien les membres de ces 2 groupes, risquaient de s’endormir après 23 h les veilles de jours d’école et après minuit les weekends. Ils étaient aussi plus susceptibles d’être victimes de pannes de réveil, de se réveiller fréquemment la nuit et d’avoir du mal à se rendormir.

A contrario, les petits utilisateurs n’étaient pas frappés par ces soucis. Une preuve que ce sont bien les réseaux sociaux qui font office de perturbateurs nocturnes.

A noter : les auteurs soulignent que les adolescentes seraient davantage touchées par ce phénomène que leurs homologues masculins.

Partager cet article