Polyarthrite rhumatoïde : toujours viser la rémission

[12 octobre 2018 - 09h50] [mis à jour le 12 octobre 2018 à 09h53]

Dans le cadre du World Arthritis Day, le 12 octobre, focus sur la polyarthrite rhumatoïde, une maladie inflammatoire chronique qui évolue par poussées. Elle touche pratiquement 300 000 Français dont la qualité de vie s’avère dégradée. Comment se manifeste cette maladie ? Quelles en sont ses conséquences ? Comment la traiter pour obtenir la rémission ? Les réponses du Pr Marie-Christophe Boissier, rhumatologue à l’université Paris 13 et chef de service à Avicenne (Bobigny).

« La polyarthrite rhumatoïde, c’est un rhumatisme inflammatoire chronique », souligne le Pr Marie-Christophe Boissier. « Cette maladie touche l’ensemble de l’organisme mais plus particulièrement les articulations, elle va conduire rapidement à des douleurs puis à un handicap et à une destruction des articulations ». Dans le jargon scientifique, les rhumatologues parlent de maladie auto-immune. « Cela signifie que le système immunitaire se défend à tort contre lui-même et provoque une inflammation chronique. »

« Les femmes représentent plus des deux tiers des cas », précise le Pr Boissier. Les premiers signes de la maladie apparaissent autour de la cinquantaine. « C’est une affection particulièrement invalidante à laquelle peuvent s’associer fatigue, troubles du sommeil et parfois dépression. Elle retentit donc sur l’ensemble de l’organisme. » Cette pathologie peut aussi entraîner des complications qui touchent le cœur et les poumons. Physiquement, les patients voient leur image corporelle se dégrader. « Notamment au niveau des articulations des mains, déformations les plus visibles. » A noter que la maladie évolue par poussées, entrecoupées de phases plus ou moins indolores.

Peut-on parler de rémission ?

Les malades voient leur qualité de vie se dégrader très rapidement. « Les gestes de la vie courante deviennent difficiles avec des conséquences majeures sur la vie sociale, familiale, professionnelle et affective », explique le Pr Boissier.

La prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde a connu d’importantes évolutions. « A la fin des années 1990, l’arrivée des biomédicaments – ce que les spécialistes appellent les traitements ciblés – a permis à certains patients de voir leurs symptômes disparaître, avec une qualité de vie qui s’améliore considérablement. »

Mais notre spécialiste se veut prudent et nuance son propos. « Aujourd’hui 70% des patients répondent efficacement à ces traitements. Mais attention, seulement un quart est en rémission pendant plus de 6 mois. C’est pourquoi il est impératif de poursuivre nos recherches sur cette maladie. De nouvelles molécules sont désormais disponibles et visent d’autres cibles de la polyarthrite rhumatoïde ».

Pour permettre aux malades de vivre mieux et différemment avec la polyarthrite rhumatoïde, Sanofi Genzyme s’investit pleinement aux côtés des professionnels de santé et des associations de patients afin de développer de nouvelles alternatives thérapeutiques et des services associés.

Partager cet article