Et si le succès de l’arrêt du tabac résidait dans l’addition des méthodes de sevrage. En clair, un patch plus une gomme à mâcher par exemple. C’est ce que viennent de montrer des chercheurs britanniques.

Il existe de nombreuses techniques de sevrage tabagique : patchs, gommes, comprimés à sucer, inhalateur… Mais laquelle fonctionne le mieux ? Des chercheurs de l’Université d’Oxford (Royaume Uni) ont voulu répondre à la question. Ils ont ainsi passé en revue 63 essais sur le sujet. Ce qui représentait plus de 40 000 personnes fumant presque un paquet par jour.

Résultat, les produits les plus dosés en nicotine rencontraient plus de succès. Tout comme les patchs à diffusion prolongée. Mais les participants qui combinaient un patch à une autre technique de sevrage (comme les gommes) avaient plus de chances d’être abstinents 6 mois après qu’avec un seul substitut (17% contre 14%).

Les auteurs notent qu’ils n’ont « trouvé aucune preuve indiquant que l’utilisation simultanée de deux produits augmente le risque de dommages, tels une irritation de la peau causée par les patchs ou les ulcères de la bouche causés par les pastilles. » Une bonne nouvelle selon eux. A une exception près : le coût pour un sevrage tabagique qui serait par voie de conséquence doublé !

Partager cet article