Les pâtes, le carburant du sportif

[22 juin 2011 - 12h26] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h46]

C’est bien connu : les sportifs sont de gros mangeurs de pâtes. Pourquoi ont-elles autant de succès ? Tout simplement parce qu’elles alimentent nos muscles en énergie. Au même titre d’ailleurs que d’autres féculents comme le riz, les pommes de terre et encore la semoule.

Les féculents sont en effet des glucides qualifiés de complexes ou lents, car leur assimilation par l’organisme se fait… lentement, de façon étalée dans le temps. Par opposition aux glucides rapides, leur digestion et leur passage dans le sang (et donc leur assimilation par les muscles) sera très progressive.

Avant un effort d’intensité modérée à soutenue, les sportifs ont donc tout intérêt à constituer des stocks de glycogène, la forme sous laquelle les glucides sont transformés. Voilà pourquoi, les deux ou trois jours précédant la compétition, ils doivent privilégier les « pasta parties ». Et « plus le sportif dépense de l’énergie, plus il doit augmenter ses apports en sucres complexes », ajoute le Dr Stéphane Cascua (médecin du sport à Paris) dans son ouvrage Alimentation pour le sportif.

Vous êtes un adepte des pâtes ? Veillez surtout à la cuisson. Préférez-les al dente. Trop cuites, spaghetti, tagliatelles et autres penne se dégradent en… sucres rapides. Elles perdent ainsi tout intérêt pour le sportif. Et n’ajoutez pas non plus une sauce trop riche en matières grasses. Un simple filet d’huile d’olive et quelques feuilles de basilic régalent déjà les papilles.

Sachez enfin que les légumineuses (pois chiches, lentilles, haricots blancs) fournissent aussi des quantités intéressantes de glucides complexes. Elles vous permettront de varier les plaisirs. Leur digestion toutefois, sera plus laborieuse car elles sont particulièrement riches en fibres…

Partager cet article