Une première mondiale a été réalisée en juillet dernier au CHU d’Amiens (Picardie). Une équipe a en effet réalisé un enregistrement électroencéphalographique (EEG) d’une précision jamais atteinte sur un nouveau-né prématuré. Voilà qui permettra de mieux définir le devenir neurologique de ces enfants.

Aujourd’hui, sur les nouveau-nés prématurés, les hôpitaux pratiquent des EEG avec seulement 11 électrodes. Mais le CHU Amiens Picardie va plus loin, réussissant la prouesse d’un EEG haute résolutions à… 128 électrodes sur un nouveau-né prématuré de 30 semaines d’âge gestationnel !

« Ce nouveau dispositif (voir photo) permet d’extraire des informations qui n’étaient pas décelables avec les casques à 11 (ou même 64 électrodes) » précise le Pr Fabrice Wallois, chef du service d’exploration fonctionnelle du système nerveux pédiatrique du CHU Amiens-Picardie.

Douloureux pour le nouveau-né ?

« Ce type d’enregistrement est un examen indolore et très rapide à mettre en place », précise le Pr Wallois. « Il permet un confort de prise en charge pour le nouveau-né prématuré, notamment avec la disparition de la pâte abrasive nécessaire pour améliorer le contact entre la peau et les électrodes lors des examens classiques. »

Ces progrès devraient aider à développer de nouveaux outils d’investigation du fonctionnement cérébral normal au cours du développement et de mieux comprendre les pathologies associées à la prématurité telles que les problèmes de maturation cérébrale, les convulsions, la souffrance neurologique ou l’épilepsie… premières causes d’handicap de l’enfant.

Partager cet article