Presbytie, rester maître de sa vue !

13 janvier 2014

monsieur canapeAu volant de votre voiture, votre vue se trouble quand vous fixez l’horizon ? Le soir, vos yeux piquent devant le poste de télévision et un voile apparaît devant vos yeux à lecture du journal ? Si vous avez plus de 45 ans, la presbytie n’est sûrement pas très loin. Pas de panique cependant, cette baisse de la vue liée à l’âge est tout fait normale. Pour vivre au mieux cette baisse de la capacité visuelle, une visite chez l’ophtalmologue s’impose !

Près d’un Français sur trois présente des troubles de la vision. Très souvent par suite de défauts dans la forme de l’œil, qui provoquent myopie ou hypermétropie.  Mais l’âge aussi, joue un rôle déterminant.  A mesure que nous vieillissons en effet, notre cristallin perd sa capacité à effectuer la mise au point sur les objets rapprochés. Cette lentille naturelle de l’œil ne joue alors plus son rôle d’accommodation. Conséquence : la lecture devient un calvaire, les yeux piquent, nous sommes gênés par une impression de flou… A ce point, les difficultés à voir de près sont réelles.

La presbytie n’est pas une maladie

Cette baisse de la vue est un processus inéluctable directement lié au vieillissement. Si ce trouble de la vision apparaît souvent vers 40 ans, il devient réellement gênant à partir de 45 ans, en moyenne. Puis jusqu’à 65 ans, la vue diminue progressivement pour enfin se stabiliser.

Un conseil donc : ne reculez pas votre rendez-vous chez l’ophtalmologiste. D’autant que les délais d’attente peuvent être longs ! Dès 45 ans, il est fortement conseillé de consulter ce spécialiste tous les trois ans. Pour les personnes n’ayant jamais porté de lunettes auparavant, la première consultation liée à la presbytie permet d’effectuer un bilan complet de la vue.

Question de choix … et de prix

Seule une visite chez l’ophtalmologiste peut remédier à cet inconfort visuel. Après examen complet, il vous prescrira une paire de lunettes – ou des lentilles de contact – adaptées à votre degré de presbytie. Sa prescription restera valable pendant 3 ans, sauf si votre vue se dégrade entre-temps. Dans l’intervalle, il est fortement conseillé de faire des bilans intermédiaires auprès d’un opticien. Gratuites, ces visites très rapides permettent de vérifier l’évolution de votre presbytie. N’oubliez pas cependant, que ces contrôles de routine ne remplacent en rien le bilan réalisé par l’ophtalmologiste.

Si jamais vous cassez vos lunettes, déplacez-vous chez votre opticien muni de votre ordonnance. Ce dernier pourra vous délivrer une nouvelle paire de lunettes, équipée de verres correcteurs identiques. Selon les contraintes techniques liées à votre presbytie, il pourra aussi vous conseiller des verres antireflets. Composés de plusieurs couches, ces derniers présentent un avantage incontestable pour la netteté de la vision.  Enfin quand les verres antireflets sont traités sur leurs deux faces, ils mettent aussi le regard en valeur.

  • Source : Syndicat national des ophtalmologistes de France (SNOF)

  • Ecrit par : Laura Bourgault – Edité par : Emmanuel Ducreuzet

Aller à la barre d’outils