Avec près de 300.000 enfants suivis en 1993 (dernières statistiques disponibles), la « psychiatrie de secteurs infanto-juvénile » représente un élément important de l’offre en santé publique. C’est un domaine en développement, puisque le nombre des enfants pris en charge a augmenté de 13% sur 2 ans. Mais c’est aussi un domaine en profond remaniement, la diminution du nombre de lits s’accompagnant d’un raccourcissement de la durée des séjours dans l’année : de 6 mois en 1986, celle-ci est passée à moins de 3 mois en 1993. Autre tendance favorable : les soins sans hospitalisation, qui représentent désormais 90% de l’activité, connaissent un développement constant.

Partager cet article