Quelle vie sexuelle après une attaque cardiaque ?

[11 février 2015 - 10h02] [mis à jour le 11 février 2015 à 10h04]

Chez un patient frappé d’un accident cardiaque, la rééducation cardiovasculaire est une étape incontournable pour entraîner le cœur et les artères à reprendre peu à peu un rythme adapté. Entre autres étapes, le rétablissement… de la vie sexuelle, « une part importante de la qualité de vie qui préoccupe les patients et leurs partenaires », peut-on lire sur le site de la Fédération française de Cardiologie (FFC).

« Pour reprendre une vie sexuelle en toute sécurité après un accident cardiaque, les conseils vont dépendre de l’état de santé et des capacités de rétablissement de chacun des patients », décrivent les professionnels de la FFC. « Il est important de tenir compte des différents facteurs physiques du patient et donc de consulter le cardiologue, ou son médecin de famille, avant de reprendre une activité sexuelle ». En effet, comme pour toute autre activité physique, la relation sexuelle augmente le rythme cardiaque et la tension artérielle. Son degré d’intensité équivaut à une marche de 3 à 6 km/heure !

Pourquoi la vie sexuelle est-elle impactée ?

Grâce à son dense réseau d’artères, le cœur alimente l’organisme en énergie. Dès le moindre effort, il propulse plus de sang dans les muscles et les organes. Chez des patients insuffisants cardiaques, ce mécanisme est altéré. Le débit ralenti altère le fonctionnement des organes, y compris les organes génitaux. Conséquence, chez les hommes des troubles de l’érection sont fréquemment repérés. Les femmes, elles, sont sujettes à une difficulté à l’effort et une diminution de la lubrification.

A la sortie de l’hôpital, une légère dépression et une fatigue sont aussi parfois ressenties. Certains traitements (antihypertenseurs, antidépresseurs) peuvent également interférer avec le désir et l’excitation. Par ailleurs, nombreux sont les patients qui ont peur que l’activité sexuelle n’ait un impact sur leur rythme cardiaque fragilisé, et ne vienne déclencher une seconde crise.  « Autant d’appréhension peut aussi entraver la spontanéité et l’attirance sexuelle ».

Des épisodes temporaires ?

« Heureusement, le plus souvent, ces épisodes ne durent pas et la vie sexuelle du couple reprend son cours dans les mois suivant l’accident cardiaque ou vasculaire ». Si vous êtes concernés, des conseils pratiques pour mieux accompagner la personne cardiaque et son partenaire sont disponibles sur la plateforme Mafedecardio.org.

Partager cet article