Souffrir de discrimination raciale est source de souffrance, pour les adultes, et a fortiori les enfants. Mais quel impact le racisme a-t-il sur la santé physique et mentale de ces derniers ? Une équipe américaine a montré que les effets d’une discrimination sont notables en augmentant notamment le risque de TDAH (trouble Déficit de l’Attention/Hyperactivité), d’anxiété et de dépression.

Des chercheurs de l’Université de Californie ont analysé l’impact du racisme auprès de 95 677 enfants de la National Survey on Children’s Health. Tous ont indiqué s’ils avaient été victimes de discrimination en raison de leur couleur ou de leur appartenance ethnique. Leur état de santé a également été évalué.

Le résultat est probant. « Un lien significatif a été découvert entre l’exposition au racisme et une détérioration de l’état de santé », notent les auteurs. « La proportion des enfants déclarés en excellente santé par leurs parents a baissé de 5,4% chez ceux ayant souffert de discrimination. » Le risque de TDAH, lui, à l’inverse, est augmenté de 3,2% chez ces petits. Autre effet, les risque d’anxiété et de dépression se sont révélés deux fois supérieurs chez ceux ayant souffert de racisme, comparés aux autres enfants.

Indépendant des facteurs socio-économiques

« L’impact le plus fort est observé chez les enfants de familles à faible revenu, issus de minorités », ajoutent-ils. « En particulier les hispaniques. » Toutefois, certains enfants de foyers plus aisés ont bien souffert d’effets négatifs sur leur santé. Les discriminations raciales contribuent donc bien aux disparités observées entre les enfants en matière de santé. Indépendamment des facteurs socio-économiques.

Pour les auteurs, il est essentiel de développer des méthodes pour aider les parents à soutenir les enfants victimes de discriminations. Afin d’en réduire les effets néfastes.

Partager cet article