Régimes sans gluten, un atout minceur ?

[09 avril 2015 - 14h43] [mis à jour le 10 avril 2015 à 11h10]

La belle saison approche, la course aux kilos se poursuit. Vantée pour son effet hypoglycémiant, la suppression du gluten de nos assiettes est de plus en plus fréquente. Pourtant, cette protéine contenue dans certaines farines (blé, seigle, avoine, orge…) fait partie intégrante d’un régime alimentaire équilibré. Les précisions de Dominique Amar-Sotto, membre de l’Association Française des Diététiciens Nutritionnistes (AFDN).

Supprimer le gluten de l’assiette, est-ce réellement efficace pour perdre les kilos superflus de l’hiver ? La question se pose, car en prévision d’une belle silhouette estivale, nombreuses sont celles qui excluent cette protéine de leur alimentation. Concrètement, exit les féculents à base de farine comme le pain, les pâtes, les céréales et autres sources de gluten.

Or « seuls les patients souffrant d’une allergie, d’une intolérance au blé ou aux maladies dérivées doivent la supprimer de leur alimentation », explique le Dr Dominique Amar-Sotto. Les personnes qui « s’auto-diagnostiquent intolérantes au gluten et mettent en place des régimes d’exclusion sont pourtant de plus en plus nombreuses ».

Le gluten, un faux ennemi

« En cas de régime hypocalorique, toute exclusion alimentaire est fortement déconseillée ». Pour une perte de poids progressive et efficace, « limitez les sources de sucres rapides (gâteaux, confiseries…) et de lipides (beurre, huiles…), et réduisez les apports caloriques en fonction de vos besoins, intellectuels comme physiques ». Pour les satisfaire, « mieux vaut, et de loin, favoriser les sucres lents (féculents) à base de gluten ». Riches en fibres, ils favorisent la sensation de satiété et vont donc réguler vos prises alimentaires. Sources d’énergie à diffusion progressive, les féculents freinent aussi les petits creux entre les repas et éloignent donc… les fringales !

Autre point, une privation de glucides lents – et donc de gluten – déclenche la fonte musculaire.  « Certes, une fois la période de « diète » terminée, les glucides réintègrent peu à peu l’alimentation. Mais privé de sucres pendant plusieurs semaines, le corps – plus sensible aux pics glycémiques – va plus facilement fixer ces sucres sous forme de graisse. « Ce mécanisme de restockage lipidique ralentit la reprise de masse musculaire », décrit le Dr Dominique Amar-Sotto. Moins de muscles, moins de force : résultat, les capacités physiques pourtant essentielles à la dépense énergétique et donc au maintien de votre silhouette, sont réduites. Raison de plus pour ne pas se priver de sucres lents riches en gluten !

Enfin, pour perdre du poids efficacement, alliez l’équilibre à la variété. Vous pouvez donc alterner les pâtes et le pain avec d’autres féculents comme le riz, les pommes de terre ou encore les légumineuses type lentilles et pois chiches, dépourvus de gluten mais sources de glucides lents.

Partager cet article