Sacré miel

[03 février 2012 - 11h05] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h49]

Qu’il soit d’acacia, de sapin, de fleurs ou de montagne… le miel se décline en d’innombrables variétés. D’ailleurs sa couleur – du blond clair au noir – et son goût varient selon son origine. Cet aliment naturel par essence est, encore aujourd’hui, considéré comme sacré tant par son histoire que par sa saveur et ses vertus thérapeutiques.

La première mention – du moins la plus ancienne qui soit connue – reste le papyrus d’Edwin Smith daté de… 16 siècles environ avant notre ère. Durant l’Antiquité, non seulement le miel était considéré comme un aliment de choix, mais il était également utilisé pour embellir la peau. Sans compter qu’il était aussi posé sur les plaies pour en faciliter la cicatrisation. Dans l’Ancien Testament, Samson trouvait du miel dans la gueule d’un lion qu’il venait de tuer. Tandis que dans le Nouveau Testament, Jean-Baptiste s’en nourrissait. Le goût pour ce mets sucré ne date donc pas d’hier. Peu à peu, les hommes ont appris à maîtriser l’apiculture et ont découvert les bienfaits de ce produit.

Miel et lait chaud pour de beaux rêves

Aujourd’hui, le miel passe encore volontiers pour un aliment noble. Saviez-vous qu’à poids égal, il est moins riche en calories que le sucre ? Et cela pour une raison très simple : il contient près de 20% d’eau. Et dans la mesure où son pouvoir sucrant est supérieur à celui du sucre, vous aurez besoin d’en mettre encore moins pour sucrer votre yaourt ou votre thé… en leur donnant un supplément de goût.

En plus, le miel est une mine de nutriments. La liste est longue. Il est riche en minéraux et en oligoéléments (potassium, magnésium, calcium, fer, cuivre, silicium, manganèse) et en vitamines (B1, B2, B3, B5, B6, B8, B9, B12, A, C, D, E et K). Il contient également des antioxydants, des protides et des enzymes qui faciliteraient la digestion.

Selon qu’il soit d’acacia, de lavande, de pin, de tilleul ou de citron… le miel serait doté de différentes vertus thérapeutiques. Fortifiantes notamment, donc utiles en cette période de l’année.

Il combattrait aussi les radicaux libres et le vieillissement cellulaire. Enfin son effet anti-inflammatoire et antibactérien, en particulier dans le cas d’affections de la gorge, est très apprécié. Un peu de miel dilué dans une tasse de lait chaud par exemple, c’est souverain pour apaiser la toux… et pour améliorer la qualité du sommeil. Et c’est tellement bon.

Seul bémol et il est de taille, il est déconseillé d’en donner aux nourrissons de moins d’un an. Leur flore intestinale est encore immature, et l’ingestion de miel pourrait favoriser l’infection par une bactérie – Clostridium botulinum– naturellement présente dans le miel. Ce qui risque de provoquer un botulisme infantile.

Partager cet article