Santé mentale : 10 000 suicides chaque année en France

[10 octobre 2018 - 11h41] [mis à jour le 10 octobre 2018 à 11h45]

Ce 10 octobre est marqué par la Journée mondiale de la santé mentale. L’occasion de faire le point sur l’impact de la grande détresse psychique. Notamment dans la population adolescente.

Pour la Journée mondiale de la santé mentale ce 10 octobre, l’association Clubhouse France publie un film sur la souffrance psychique sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter. L’enjeu, lever le voile sur le monde de la psychiatrie. « Le silence et la méconnaissance sont bien plus criminels que les personnes en souffrance », atteste Céline Aimetti, Déléguée Générale et cofondatrice de Clubhouse France. « Nous sommes tous concernés et il est vital d’en parler. »

Une réalité alors que 2 millions de Français « vivent avec un trouble psychique grave », qu’il s’agisse d’une bipolarité, d’une schizophrénie ou d’une dépression sévère. La fragilité mentale constitue le premier facteur de risque de suicide. Chaque année en France, 10 000 personnes mettent fin à leurs jours.

Depuis 6 ans, l’association Clubhouse œuvre donc pour le bien-être des patients sortis d’une prise en charge psychiatrique. « Des lieux d’entraide appelés clubhouses sont créés pour et avec des personnes vivant avec un trouble psychique et en situation d’exclusion, dans le but de faciliter leur insertion sociale et professionnelle le plus durablement possible. » Installée à Bordeaux, Lyon et Paris, l’association permet un retour à l’emploi pour 30% des personnes concernées. Un aspect essentiel puisque la souffrance psychique multiplie par 3 le risque de chômage.

Et dans le monde ?

A l’échelle mondiale, le nombre annuel de suicides atteint les 800 000. Pour cette Journée mondiale, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) fait un focus sur la situation des adolescents. Et appelle à une prise en charge précoce des premiers signes de fragilité psychologique ou psychiatrique chez les jeunes. En effet, dans le monde, « 10 à 20% des adolescents souffrent de problèmes de santé mentale, mais ceux-ci demeurent sous-diagnostiqués et sous-traités ».

« La moitié de tous les problèmes de santé mentale commencent avant l’âge de 14 ans, mais la plupart des cas ne sont ni détectés ni traités », déplore l’OMS. Or sans prise en charge, « ces problèmes […] ont des conséquences mentales et physiques jusqu’à l’âge adulte, affectant les possibilités de mener une vie satisfaisante ».

A noter : dans le monde, le suicide constitue « la troisième cause de décès chez les 15-19 ans ».

Partager cet article