La ministre en charge de la Santé, Marisol Touraine, a installé ce 10 octobre une nouvelle instance chargée de la santé mentale. Ce Conseil national dédié aura pour tâche de coordonner les actions publiques en la matière. Objectif : améliorer la prise en charge de tous les troubles et pathologies liés.

« Développer une approche globale et transversale des enjeux de la santé mentale, pour mieux prévenir les troubles psychiques et psychiatriques et mieux accompagner ceux qui en souffrent. » Voici le but du Conseil national de la santé mentale, mis en place ce jour par Marisol Touraine.

Présidé par Alain Ehrenberg, sociologue et chercheur au CNRS, cette instance « veillera à la cohérence et à l’articulation des politiques des différents champs (prévention, sanitaire, social et médico-social, logement, insertion professionnelle…) », rappelle la ministre. Quatre axes de réflexion prioritaires ont été fixés :

–              le bien-être des enfants et des jeunes ;

–              la prévention du suicide ;

–              le suivi des personnes en situation de grande précarité ;

–              l’élaboration d’outils pour faciliter la mise en œuvre des projets territoriaux de santé mentale inscrits dans la loi de modernisation de notre système de santé.

Ces travaux s’articuleront avec ceux des instances déjà existantes. Parmi lesquelles l’Observatoire national du suicide, le Comité de pilotage du handicap psychique, le Comité de suivi du plan autisme, ou bien encore le Comité de pilotage dédié à la psychiatrie.

Partager cet article