Santé respiratoire : attention, pollution !

[12 juin 2017 - 10h18] [mis à jour le 12 juin 2017 à 10h19]

Chaque année, la pollution entraîne près de 48 000 décès en France, selon une étude de Santé publique France réalisée en juin 2016. La qualité de l’air constitue donc un enjeu sanitaire majeur. Le Syfal* alerte sur la situation et renouvelle quelques conseils pour réduire les risques respiratoires liés à la pollution de l’air.

« L’exposition aux particules fines constitue un risque à court, moyen et long terme pour l’organisme, notamment pour les personnes les plus sensibles : enfants et nourrissons, personnes âgées, femmes enceintes et patients souffrant de maladies respiratoires », rappelle le Syndicat français des Allergologues (Syfal). A court terme, les effets de la pollution se traduisent notamment par des gênes respiratoires et cardiaques inhabituelles comme une toux, une irritation des yeux, de la gorge et du nez, une hypersécrétion nasale ou encore un essoufflement.

« Mais c’est l’exposition quotidienne et prolongée qui est la plus dangereuse », souligne Isabelle Bossé, présidente du Syfal. « Les particules fines entrent très profondément dans l’appareil pulmonaire, et ont une véritable incidence sur le développement de maladies chroniques : asthme, maladies respiratoires ou cardio-vasculaires ainsi que les allergies. »

En décembre dernier, un rapport publié par l’Assistance publique des hôpitaux de Paris (AP-HP) signalait que 2 045 patients avaient consulté les urgences pour des pathologies respiratoires entre le 30 novembre et le 7 décembre 2016, à la suite du pic de pollution, contre 1 516 pour la même période en 2015.

Des méthodes de prévention

Pour réduire au maximum les risques, des bons gestes existent en cas d’épisode de pic de pollution. En matière d’activité physique d’abord. Il est conseillé d’éviter les sports intensifs qui induisent une hyperventilation. Celle-ci expose davantage les voies aériennes aux allergènes présents dans l’air ainsi qu’aux polluants.

Par ailleurs, pensez à aérer votre véhicule comme votre logement. Enfin, évitez certaines heures pour sortir. « Il est recommandé de ne pas sortir aux heures les plus polluées, à savoir le matin entre 8 heures et 11 heures ou entre 18 heures et 21 heures le soir », conclut le Syfal.

Partager cet article