Sclérose en plaques : les boissons sucrées associées à des symptômes plus sévères

[06 mars 2019 - 14h38] [mis à jour le 06 mars 2019 à 14h39]

Chez les patients atteints de sclérose en plaques, les sodas pourraient être associés à des symptômes plus sévères et un niveau de handicap plus élevé. Une étude américaine recommande donc de réduire la consommation de boissons sucrées, sans intérêt nutritionnel par ailleurs.

Les sodas et autres boissons sucrées ne présentent aucun intérêt nutritionnel. Il est donc recommandé d’éviter d’en consommer trop régulièrement. En boire trop fréquemment vous expose en effet à un risque plus élevé d’obésité, de diabète et par conséquent de maladies cardiovasculaires.

Une équipe américaine s’est penchée sur l’impact de cette consommation chez les malades atteints de sclérose en plaques. « Ces patients s’interrogent souvent sur le lien entre leur régime alimentaire et l’évolution de leur pathologie », indique Elisa Meier-Gerdingh, principale autrice de ce travail. « Nous n’avons trouvé aucun lien entre le régime alimentaire en général et le degré des symptômes », poursuit-elle. En matière de sodas, c’est une autre histoire.

Handicaps plus sévères

L’étude menée chez 135 patients a montré que les plus gros consommateurs de sodas (au moins 2 canettes par jour, soit 290 calories environ) avaient 5 fois plus de risque de développer un handicap sévère. Et ce par rapport aux malades qui n’en buvaient que très rarement.

Pour preuve, parmi les 34 participants consommant le plus de sodas, 12 présentaient un handicap sévère. A l’inverse, dans le groupe de 34 en buvant le moins, seulement 4 souffraient de handicap sévère.

Ces résultats incitent les auteurs à recommander aux malades d’éviter la consommation de sodas et autres boissons sucrées. D’autant que ces derniers n’ont aucun intérêt nutritionnel. Et ce, malgré les limites de l’étude, dont la petite taille de la cohorte et l’impossibilité d’établir un lien de cause à effet. « Difficile de savoir si la consommation de soda est la cause du handicap sévère ou si ce dernier pourrait avoir une influence sur le régime du patient », concluent les auteurs.

Pour rappel : la sclérose en plaques est une maladie du système nerveux central qui se manifeste notamment par des poussées. Celles-ci sont associées à des troubles moteurs et visuels entre autres, à des degrés divers en fonction du stade de la maladie.

Partager cet article