Connaissez-vous le Tako-Tsubo ? Il s’agit d’une maladie cardiaque consécutive à un stress important. Parce qu’elle survient parfois après une rupture sentimentale, elle est aussi nommée « syndrome du cœur brisé ». Des chercheurs britanniques viennent d’identifier des zones cérébrales sans doute impliquées dans la survenue de ce mal.

Tako-Tsubo, qu’est-ce que c’est ? Sous l’effet d’une libération massive d’hormones du stress – les catécholamines- une partie du cœur ne se contracte quasiment pas. L’organe se ballonne et prend une forme d’amphore (Tako-Tsubo qui veut dire « piège à poulpe » en japonais). Le cœur est sidéré, brisé.

Les symptômes sont alors les mêmes que ceux d’un infarctus du myocarde : essoufflement brutal, douleur dans la poitrine, arythmie, perte de connaissance, malaise vagal… Les taux de mortalité des 2 pathologies sont d’ailleurs similaires.

Si le mécanisme d’action de la maladie semble de mieux en mieux connu, des chercheurs de l’Université de Zurich (Suisse) viennent de mettre en avant le rôle inattendu du cerveau dans ce syndrome. Sur des scanners cérébraux de patients touchés par un Tako-Tsubo, les scientifiques ont noté des différences majeures avec des sujets en bonne santé.

Le cerveau communique mal. En fait, chez les victimes de cette « cardiomyopathie du stress », certaines zones cérébrales spatialement séparées mais qui devraient communiquer, ne le font pas, ou mal. Ce sont des zones cérébrales impliquées dans le contrôle des émotions, dans la régulation de la fonction cardiaque. Ce sont ces mêmes zones qui sont censées nous aider à contrôler le stress !

Les auteurs espèrent maintenant que ces observations pourront un jour être traduites en stratégies préventives.

Partager cet article