Tabac : le paquet neutre, efficace auprès des ados

[20 novembre 2018 - 15h10] [mis à jour le 20 novembre 2018 à 15h11]

L’instauration du paquet de cigarettes neutre permet-il réellement de faire baisser le nombre de nouveaux fumeurs, notamment parmi les jeunes ? Une étude menée par l’Inserm semble aller dans ce sens. En à peine deux ans, le nombre d’adolescents ayant fumé leur première clope a nettement baissé.

Depuis le 1er janvier 2017, les paquets de tabac neutres ont été instaurés en France. Avec d’autres mesures comme la hausse du prix des cigarettes et les campagnes de sensibilisation, cette décision a pour but de diminuer le taux d’initiation au tabac, en particulier chez les jeunes de 12 à 17 ans. Mais est-ce réellement efficace ?

Une étude menée par l’Inserm et financée par l’Institut national du cancer (INCa) a permis d’interroger 2 000 adolescents avant la mise en place des paquets neutres et 2 000 autres exactement un an après. Les résultats sont à la hauteur des aspirations.

Ainsi, « un an après la mise en place des paquets neutres, 1 jeune sur 5 (20,8%) a expérimenté le tabac pour la première fois contre 1 sur 4 (26,3%) en 2016 et ce, même en prenant en compte leurs caractéristiques démographiques et socio-économiques », notent les auteurs. « Cette baisse est plus marquée chez les jeunes filles – 1 sur 10 (13,4%) contre 1 sur 4 (25,2%). »

Dénormaliser le tabac

Par ailleurs, les jeunes sont « plus susceptibles de considérer le tabagisme comme dangereux (83,9% en 2017 contre 78.9% en 2016) et de déclarer avoir peur de ses conséquences (73,3% contre 69,2%) ». Enfin, ils se disent « moins attachés à leur marque de tabac en 2017 par rapport à 2016 (23,9% contre 34,3%) ».

Ces retour « montrent que le paquet neutre pourrait contribuer à dénormaliser le tabac chez les jeunes et à en diminuer l’expérimentation », estiment les auteures de l’étude, Maria Melchior, chercheuse Inserm et Fabienne El-Khoury, post-doctorante.

Partager cet article