TDAH : trop prescrite la Ritaline ?

[09 août 2017 - 17h33]

Dans la prise en charge du syndrome d’hyperactivité avec déficit de l’attention (TDAH), les techniques de thérapie comportementale semblent efficaces. Davantage que le méthylphénitade (Ritaline® ou autres) pourtant largement prescrit en France. C’est en tout cas l’avis de la Revue Prescrire.

« Les résultats de plusieurs dizaines d’essais cliniques montrent que le méthylphénitade est mal évalué », dans la prise en charge du syndrome d’hyperactivité avec déficit de l’attention (TDAH) indiquent les rédacteurs de la Revue Prescrire. « Son efficacité est au mieux modeste, et il expose à des effets indésirables graves ».

Des effets secondaires connus

Selon une synthèse qui a rassemblé les données de dizaines d’essais cliniques, l’évaluation du méthylphénitade chez des enfants et des adolescents est de faible qualité. « Les effets indésirables à long terme n’ont pas été étudiés dans des essais comparatifs, alors que le méthylphénitade est connu pour exposer à (des troubles) cardiovasculaires et neuropsychiques ».

Par ailleurs, les rédacteurs s’inquiètent de la hausse des prescriptions concernant cette molécule. « En 2016 en France, environ 730 000 boîtes ont été remboursées pour 74 000 personnes, dont environ 62 000 jeunes âgés de moins de 20 ans. Le nombre de boîtes vendues est passé de 26 000 en 1996, à 220 000 en 2005 et à plus de 600 000 en 2014. Une augmentation inquiétante vue l’efficacité très limitée de ce médicament et ses risques établis ».

Partager cet article