Tétanos : encore des cas mortels en France

[26 juin 2012 - 16h25] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h52]

Avec seulement 36 cas déclarés entre 2008 et 2011, la France est apparemment peu exposée au tétanos. Toutefois, ce constat a priori rassurant devient inquiétant si l’on sait que 11 de ces 36 patients sont décédés ! Soit un taux de létalité supérieur à 30% ! Les rédacteurs du Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) insistent aujourd’hui, sur l’importance de maintenir sa vaccination anti-tétanique « à jour ».

Sur les 36 cas recensés entre 2008 et 2011, une majorité a concerné des personnes âgées. En effet, 86% de ces malades avaient plus de 70 ans. Et les femmes étaient majoritaires, puisqu’elles représentaient 75% des signalements. Dans 67% des cas, les la porte d’entrée du bacille a pu être attribuée à une blessure, et dans 25% des cas à une plaie chronique. Enfin chez 8% des patients, la porte d’entrée n’a pas pu être identifiée.

« Le tétanos, souvent mortel, est une toxi-infection aiguë grave due à une neurotoxine extrêmement puissante produite par Clostridium tetani », rappellent les rédacteurs du BEH. Ce bacille est présent dans le tube digestif des animaux, et persiste dans leurs déjections et dans le sol sous une forme très résistante.

Une simple blessure dans le jardin, par une plante ou à cause d’un outil, constitue donc un réel facteur de risque de contracter le bacille. « Pénétrant dans l’organisme par une plaie, il bloque la libération des neuromédiateurs et entraîne, après une incubation de 4 à 21 jours, des contractures et des spasmes ».

Les rappels de vaccination ont une importance vitale

« Seule une vaccination bien conduite confère une protection vis-à-vis de la maladie », martèlent les rédacteurs. Or « la persistance de cas est liée à l’absence de l’entretien de l’immunité dans la population adulte par les injections de rappel ». En France, le calendrier vaccinal prévoit chez les nourrissons et les enfants dès l’âge de deux ans, trois doses à un mois d’intervalle. Ensuite, un rappel doit être effectué un an plus tard puis tous les cinq ans jusqu’à 18 ans. Chez l’adulte, les rappels sont administrés tous les 10 ans.

« La politique des rappels reste encore mal appliquée » se désolent les auteurs. En particulier chez les plus de 65 ans. C’est pourquoi « ces rappels pourraient être réalisés à l’occasion de l’une des vaccinations annuelles contre la grippe en utilisant un vaccin bivalent tétanos/grippe », suggèrent-ils. Ce type de vaccin d’ailleurs, est disponible. Et ce serait un moyen efficace pour « éliminer définitivement cette maladie dont la létalité et la fréquence demeurent très élevées ». Au moindre doute, faites le point avec votre médecin généraliste concernant votre statut vaccinal.

Partager cet article