Les femmes et les hommes qui exercent la prostitution sont très exposés à de multiples formes de violences. A l’occasion de la journée mondiale de lutte contre les violences faites aux travailleuses/eurs du sexe (17 décembre), Médecins du Monde appelle à la décriminalisation du travail du sexe.

Médecins du Monde se positionne en faveur de la décriminalisation du travail du sexe, autrement connu sous le terme de prostitution. A l’occasion de la journée mondiale de lutte contre les violences faites aux travailleuses/eurs du sexe, l’ONG rappelle « les conséquences des lois répressives qui encadrent le travail sexuel sur la santé et l’intégrité physique des travailleuses/eurs du sexe ».

Ainsi par exemple, « en France, un peu plus d’un an et demi après l’adoption de la loi visant à lutter contre le système prostitutionnel, nous constatons sans ambiguïté l’impact délétère des mesures adoptées », poursuit MSF. « Confirmant nos pires craintes, nous assistons à l’isolement, la précarisation des travailleuses/eurs du sexe, leur éloignement des structures de soins et de prévention ainsi qu’à l’augmentation des expositions aux infections sexuellement transmissibles et à l’augmentation des violences à leur encontre », précise le Dr Françoise Sivignon, Présidente de Médecins du Monde.

Décriminaliser en urgence

Or Médecins du Monde-France se positionne clairement aujourd’hui « en faveur d’une décriminalisation du travail du sexe et de la mise en place de politiques publiques favorisant l’accès aux soins et aux droits des travailleuses/eurs du sexe ». Tout en dénonçant « avec force toute forme d’exploitation, de contrainte, de trafic et de violence exercée à l’encontre des êtres humains ».

Partager cet article

SYNDICAT DE LA PRESSE INDÉPENDANTE D'INFORMATION EN LIGNE
Service de Presse en Ligne reconnu par la Commission paritaire des Publications et Agences de Presse (CPPAP) sous le n°0318 W 90885 (article 1er de la loi n° 86-187 du 1er août 1986 portant réforme du régime juridique de la presse)