Deux nouvelles études de l’OMS/Europe révèlent qu’une proportion importante d’aliments censés êtres adaptés aux bébés contient des taux de sucre trop élevés. Et qu’ils ne conviennent pas aux nourrissons de moins de 6 mois.

Comme le rappelle le Dr Zsuzsanna Jakab, directrice régionale de l’OMS pour l’Europe, « une bonne nutrition durant la période néonatale et la petite enfance reste essentielle afin d’assurer une croissance et un développement optimaux de l’enfant ». L’agence onusiuenne a donc mené l’enquête afin de vérifier si les produits destinés aux touts petits présentaient des profils nutritionnels adaptés.

8 000 produits analysés

Les chercheurs de l’OMS ont donc passé au crible le contenu de 7 955 boissons ou produits alimentaires commercialisés pour les nourrissons et les jeunes enfants dans 516 commerces de 4 villes de la Région européenne de l’OMS (Vienne en Autriche, Sofia en Bulgarie, Budapest en Hongrie et Haïfa en Israël).

Résultat : « dans environ la moitié des produits examinés […], plus de 30% des calories provenaient des sucres totaux et environ un tiers des produits contenaient du sucre ajouté ou d’autres édulcorants », note l’OMS. Ces arômes et sucres ajoutés peuvent alors exercer une influence sur les préférences gustatives des enfants en augmentant le goût pour les aliments plus sucrés. Avec à la clé, une augmentation du risque de surpoids ou encore de caries dentaires.

Problème, alors que c’est aliments sont de fait inappropriés pour les plus petits, « entre 28 % et 60 % sont étiquetés comme convenant aux nourrissons de moins de 6 mois », alerte l’OMS. Laquelle rappelle l’importance de l’allaitement maternel exclusif pendant les 6 premiers mois. Et donc qu’aucun « aliment ne devrait être vendu comme étant approprié pour les moins de 6 mois. »

Partager cet article