Troubles du comportement alimentaire : une protéine en cause

[09 octobre 2014 - 11h33] [mis à jour le 09 octobre 2014 à 11h36]

Une équipe INSERM vient de découvrir une protéine qui pourrait être à l’origine des troubles du comportement alimentaire (TCA) : boulimie et anorexie. C’est d’autant plus intéressant que les mécanismes biologiques restaient jusqu’à aujourd’hui obscurs.

L’anorexie mentale, la boulimie et l’hyperphagie concernent 15% à 20% de la population en France. La caractéristique commune à ces différentes formes de TCA est la dérégulation de la prise alimentaire. Malgré de nombreuses études psychiatriques, génétiques ou neurobiologiques, le mécanisme moléculaire à l’origine de ces troubles reste mystérieux.

L’équipe de Serguei Fetissov, au sein de l’unité/Université de Rouen a étudié les liens entre l’intestin et le cerveau qui pourraient expliquer ce dérèglement. Dans le cas d’espèces, les chercheurs ont identifié une protéine (ClpB) qui s’avère être le sosie de l’hormone de la satiété. Elle se trouve dans notre flore intestinale. En sa présence, des anticorps sont produits par l’organisme et dirigés contre celle-ci. Ils vont aussi se lier à l’hormone de la satiété du fait de son homologie de structure. L’implication probable de cette protéine dans les troubles du comportement alimentaire a été établie grâce à l’analyse des données de 60 patients.

« Nous travaillons actuellement au développement d’un test sanguin basé sur la détection de la protéine bactérienne ClpB. Si nous y arrivons, il permettrait la mise en place de thérapies spécifiques et individualisées des troubles du comportement alimentaire », soulignent les auteurs.

Cet article est aussi disponible en Arabe

Partager cet article

Aller à la barre d’outils